• Vois intérieur

     

                                                                       

     

    Un ami m'a offert un très beau livre : "L'esprit du chemin", récit inspiré du pèlerin Edouard Cortès, livré au voyage sur les routes de Compostelle, Rome et Jérusalem. Ce cadeau initie un article sur les valeurs et l'essentiel, illustré par un film limpide, intemporel, salutaire,

     

                                  Loin des hommes,           Loin des hommes   mais au plus près de l'Humanité.

     


    Cet ami quinqua génère s’est entiché du triathlon sur le tard. Il nage, court et pédale, en défi permanent avec lui-même. La performance physique paraît être un passage obligé avant d’adopter le pas paisible du pèlerin. D’abord se lancer un défi, puis se fier à soi-même pour se confier au chemin entrevu une fois le corps apaisé. La démarche spirituelle succède à l’exercice physique.

               

                   "Je venais de trouver le bon rythme des pas, celui où seuls comptent l'espace et l'instant présents."

    L’intention diffère selon les motivations. «Le randonneur fera des rencontres, le pèlerin se laissera rencontrer. Le randonneur visitera des cathédrales, le pèlerin se laissera visiter. Le randonneur marchera, le pèlerin se laissera porter, distingue Edmond Cortès.». Laisser venir plutôt que vouloir forcer.


    Au fil des pages parsemées de splendides photos, des textes inspirés invitent à réfléchir. « Et si le voyageur peut se contenter des bienfaits de l’errance extérieure, le pèlerin espère par les vertus du chemin dissiper ses errances intérieures.»
    On pourrait opérer pareille distinction entre spectateur « intentionné» et spectateur «désinvolte» d’un film. L’un restera extérieur à la réalité projetée sur l’écran, l’autre se laissera toucher intérieurement par la projection extérieure d’une réalité qui lui parle. .


    La solitude du marcheur et du spectateur en quête de soi évoque celle de Daru, instituteur dans une vallée de l’Atlas algérien en 1954. L’homme est fils de migrants espagnols. Il donne la classe et le grain aux petits algériens dans une maison-école perdue au bout du monde. C’est son combat à lui, apprendre à lire aux enfants pour être indépendant, tandis que les adultes s'entretuent pour chasser le colon. Daru a été officier en 40-45, il fuit désormais la violence absurde.


    Loin des hommes, cet homme vigoureux au regard clair, 

     

    cultive l’Humanité à sa façon, enracinée dans le partage et la transmission. Ses valeurs sont mises à rude épreuve lorsque la gendarmerie lui confie l’escorte d’un algérien meurtrier de son cousin voleur. Le passage devant un tribunal « blanc » est la seule façon d’échapper à la loi du sang en vigueur dans les villages reculés du bled algérien. Daru accepte et prend tous les risques pour accomplir sa mission, traqué par la famille vengeresse et les Français racistes. Il ne pose aucune question à Mohammed, il ne juge pas.


    Et quand son compagnon forcé  Loin des hommes : Photo Reda Kateb lui demande pourquoi « il fait ça ?», Daru répond :«parce que tu m’as été confié.» A mille lieues de toute civilisation, dans un paysage aride et inhospitalier, Daru reste intraitable sur l’éthique et la loyauté, tandis que l’armée française et le maquis montent des coups fourrés. Les droits de l'homme contre la loi du sang. Mohammed et Daru iront jusqu’au bout du chemin et accueilleront chacun une liberté inattendue au plus fort de la tourmente extérieure et intérieure. Daru est

    croyant.Il est de la trempe des moines de Des hommes et des dieux isolés dans les montagnes du Maghreb.

     

    Cette histoire avare de paroles et prodigue en élévation est librement inspirée de deux nouvelles d’Albert Camus, un écrivain majeur qui nous ramène à la grandeur de l’engagement moral, à la nécessaire bonté altruiste trop assommée par l’individualisme ambiant.
    Comme disait Edgar Morin, cité dans « L’esprit du chemin »,


                                      A force de sacrifier l’essentiel pour l’urgence, on oublie l’urgence de l’essentiel.


    Loin des hommes sur les écrans français le 14 janvier et le 4 février en Belgique.La bande originale de Nick Cave & Warren Ellis est méditative. Un film universel et digne.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :