• Un sacré voyage

     

     

     

                               Un monde plus grand : Photo Cécile de France

     

    Corine est partie le plus loin possible, dans la steppe mongole, à deux heures de cheval du plus proche village. Ni électricité, ni eau courante, ni réseau Internet. Juste la fusion avec la nature brute après quinze années fusionnelles auprès de son compagnon décédé récemment.

    "J'essaie d'aller mieux, laisse-moi croire que je peux entrer en contact avec Paul", dit-elle à sa sœur, effarée et inquiète de voir Corinne partir dans un délire chamanique. Elle oblige Corine à consulter. Peine perdue. "Cette médecin n'essaie pas de comprendre ma tête, elle veut l'endormir." L'anxiolytique et l'anti dépresseur valsent à la poubelle.

    Un monde plus grand est autant un film sur le chamanisme que sur le cheminement du deuil. Juste avant la mort de Paul, ils s'étaient promis qu'ils se reverraient. Le respect de cette promesse tourne à l'obsession.

    "Laisse ton mari tranquille" dit Oyun. La chamane a décelé un don chez l'étrangère, capable d'aller dans le monde noir et d'en revenir seule.Dans ce monde invisible, une porte apparaît, qu'il faut franchir pour...

                                   Un monde plus grand : Photo

    Un renne inspiré dérobe les cendres de Paul que Corine portait sur elle. La nature rappelle les humains à l'ordre biologique de la finitude. Le tambour érigé en monture assourdit la voix intérieure de Corine qui la pousse à vouloir l'impossible. La réalité, c'est fendre du bois, traire les chèvres, puiser de l'eau, préalable nécessaire avant la cérémonie d'intronisation au rang de chamane. D'abord, bien être dans son corps,reliée à l'environnement unifié, hors des déconnexions imposées par la vie moderne.

     "Les rituels chamaniques ont pour but de créer ou de rétablir des liens avec des entités non humaines: arbres, montagnes, animaux.L'ethnologue Charles Stépanoff dialogue avec Cécile de France dans Philosophie magazine (n°134, novembre 2019). L'actrice a décroché le rôle après une audition sous la supervision de la vraie Corine Sombrun,initiée au chamanisme,ayant vécu deux ans au rythme des Tsaatans. Lors de cette audition, Cécile est partie "très vite et très loin" au son d'un tambour qui suscite la transe. Elle s'est mise à trembler, elle a vu la porte. Pendant vingt minutes, elle a été ailleurs.

                                             Un monde plus grand : Photo Cécile de France

    Les paysages sont magnifiques. La bande sonore mêle tambour et sonate de Bach (Paul était musicien). L'écologie d'une vie simple reliée aux éléments, aux animaux, aux arbres, vibre comme une évidence. C'est beau, clair, tel un éveil au sensoriel, si souvent étouffé par notre mental lancinant.

    J'étais méfiant, je suis apaisé.

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :