• Sur quel pied danser

     

                                                                 

     

    - Tu n’as pas peur de la mort, toi ?

    - Avoir peur de la mort, c’est une chose ; avoir peur de la vie, c’est encore une autre paire de manches.

    Bif et Sandra, les deux sœurs, ont renoué après dix ans de carence. Un peu par la force des choses. Sandra a quitté le domicile conjugal, déshonorée par son mari au terme de trente-cinq ans de mariage. Elle n’a pour seul refuge que Bif aussi excentrique que Sandra est collet monté.

    - Tu sais, ton titre de Lady, ici, tout le monde s’en f….

    Ici, c’est une cité HLM avec appartements sur couloirs extérieurs, d’un standing nettement inférieur à l’opulente hacienda de Sandra. L’épouse vouée corps et âme à son mari a failli suffoquer en découvrant son homme occupé à peloter sa meilleure amie le jour de sa fête de retraite organisée aux petits oignons par sa chère et tendre.

    Sandra boit, pousse une crise de panique, se replie sur son malheur, tandis que Bif relativise.

                                                  Finding Your Feet : Photo Celia Imrie, Imelda Staunton

    - C’est quand même un beau salaud, je me suis toujours demandé comment tu étais tombée amoureuse de cet homme quelconque.

    - Tu sais, quoique tu penses, je me suis attachée à lui, ça ne s’oublie pas si vite.

    L’aînée célibataire entreprend l’opération sauvetage. Elle entraîne Sandra à son cours de danse, joyeux melting-pot de couches sociales. Le soir, elles regardent une vidéo de Sandra enfant à un concours scolaire. Celle qui a été une bonne danseuse n’en revient pas.

    - Comment as-tu cette vidéo ?

    - Je l’ai récupérée à la mort de papa.

    D’abord rétive, Sandra se réveille à la vie en enchaînant valse, be-bop et rock, souvent avec le même partenaire, Charlie, le vieil ami de Bif. Charlie vit sur une péniche. Elle laisse petit à petit son cœur s’ouvrir à ce qu’elle n’aurait jamais imaginé : éprouver des sentiments pour un autre homme. Bif pousse à la charrue, elle multiplie les expériences avec sa sœur, notamment, plonger hardiment dans l’eau froide du lac voisin.

                                                     - La dernière dans l’eau est une poule mouillée.

                                               Finding Your Feet : Photo Celia Imrie, Imelda Staunton, Joanna Lumley

    Le vernis de Sandra s’écaille, les deux sœurs retrouvent leur complicité d’antan autour d’un chaleureux repas de Noël. Charlie confie son rêve, partir un jour à bord de sa péniche, traverser la manche et glisser le long du canal du Midi, en lançant un regard appuyé à Sandra. La vie monte dans les tours. Une prestation en rue du groupe de danse, au bénéfice d’une œuvre, cartonne sur Internet. Les septuagénaires s’éclatent dans un Mash Up très physique, succession de figures au tempo varié. Ce succès débouche sur une tournée à Rome. Bif adore la ville éternelle où elle a vécu le grand amour de sa vie. Sandra découvre sa sœur sous un jour nouveau. 

    Finding Your Feet   (11 avril en Belgique, prochainement en France) propose une formidable leçon de vie, subversive, drôle et tendre, à la sauce délicieusement anglaise. Légèreté et gravité virevoltent sous la baguette des deux sœurs attachantes, témoignant si besoin était, du lien indéfectible qui unit une fratrie. Nous buvons l’optimisme à franches rasades, car si « notre centre de gravité s’abaisse avec l’âge, le combat, c’est de garder l’esprit au plus haut. » C’est Bif qui parle, évidemment, mais le message est reçu cinq sur cinq.  

    J’ai également compris qu’une seconde chance diffère d’un nouveau départ. Sandra a l’occasion de reprendre son mari tandis que Charlie lui déclare ouvertement sa flamme. Retour vers du connu ou départ vers l’inconnu, les deux supposent un grand acte de foi. Ce très beau film nous fait passer du rire aux larmes et réciproquement, à l’image de la vie, sinueuse en diable. Il résonne à plusieurs niveaux et touche un large public, toutes générations confondues. Qu'importe l’âge, l’essentiel, c’est de cultiver des projets, petits, moyens ou grands, moteurs de l’élan vital, présent au plus profond de nous-mêmes.

                                                         "Il n’y a pas pire trahison que de se trahir soi-même."   

                                                     Finding Your Feet : Photo Celia Imrie, David Hayman, Imelda Staunton, Joanna Lumley, Timothy Spall

        

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :