• Service mini-m'hum

     

     

     

     

                                                                          Downsizing : Affiche

    Downsizing traduit en français donne « micromiser ». Le vocable est surtout utilisé en économie libérale. On parle alors de réduction d’effectifs. Alexander Payne pense surtout à réduire la taille des humains, une façon comme un autre d’endiguer la surpopulation et de préserver les ressources terrestres. Décroître (à 12 cm), c’est également augmenter son niveau de vie, l’occasion de voir la vie en grand, de vivre sur un grand pied dans des villas luxueuses, le compte en banque bien garni.Cette perspective idyllique séduit un couple de la classe moyenne américaine. Leur prêt hypothécaire a été refusé, Paul et Audrey veulent rompre avec la routine. Finalement, il n’y a qu’une chance sur 225.000 de louper sa miniaturisation. Cela arrive quand on oublie d’extraire les métaux lords dans la bouche. Une couronne en or a littéralement explosé lors de l’opération réduction (cinq heures, mari et femme chacun de leur côté).

                                                            Downsizing : Photo Jason Sudeikis, Matt Damon

    Tel est  le propos alléchant d’un film séduisant à première vue, même si le cinéma a déjà tenté l’expérience mini dans le passé. Il y a bien sûr, Chéri, j'ai rétréci les gosses 1 et 2 (1989 et 1997), Le voyage de Gulliver (2011) et plus ancien (1996) Le voyage fantastique, ce dernier toujours bien vivant dans ma mémoire. Guillermo Del Toro s’apprête d’ailleurs à tourner une reprise du film de Richard Fleischer. Je me régale d’avance alors que je suis resté sur ma faim avec un Downsizing (10 janvier) qui vire à la fable écologique en bout de course. Auparavant, une critique fade du mode de vie américain et l’éjection du fantastique m’ont fait sombrer dans l’ennui. Les vertus de la décroissance sont tournées en dérision. Le couplet sur les inégalités sociales, porté par une Mère Térésa Vietnamienne, tombe à plat. Time Out et Elysium (avec Matt Damon aussi) sont beaucoup plus percutants sur le fossé qui ne cesse de grandir entre les pauvres et les très riches, de mauvais augure pour l'avenir de l’humanité.

                                                                           Downsizing : Photo Hong Chau, Matt Damon

                                Bref, je réduis ma plume, j’ai peu à dire et tout ce que je pourrais ajouter paraîtrait petit, petit…

    Je me console à l’idée de plonger dans les papiers du Pentagone, conçu et réalisé en une grosse année. Spielberg a tourné dans l’urgence, pressé de redonner de l’élan à une presse malmenée sous l’imperium Trump. Cet hommage  à la presse d’investigation m’a incité à lire l’excellent numéro 186 de l'hebdomadaire consacré aux informations bidon, aux bobards, aux fausses nouvelles,bref,aux fake news, terme apparu dans l’entourage de Donald durant sa campagne électorale. Un petit bruit, une rumeur, mensonge avéré et malveillant, devient une gigantesque information amplifiée et accélérée par l’instantanéité de la communication numérique sur le fil des réseaux sociaux. Encore un sujet très cinématographique.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :