• Sent bon

     

     

     

    Les tigettes volètent sous les narines. Elles révèlent progressivement les senteurs de l’essence imprégnée.

    - Inspirez normalement, l’esprit libre. Dites ce qui vous vient immédiatement.

    - Du bois… De vieux meubles patinés…

    - C’est ça, le miel. De la cire d’abeille.

     

    Les Parfums : Affiche

    Composer un parfum, c’est l’art de la nuance, le talent des associations subtiles, laisser libre cours à l’imagination. Un peu comme les relations humaines. Le « nez » et son chauffeur dévoilent, couche après couche, des bribes de leur vie. Anne a été un ténor dans sa profession de créatrice de parfums, Guillaume est chauffeur pour obtenir la garde de sa fille.

    Ils voyagent ensemble sous les frondaisons automnales, bouquet de couleurs chaudes, corolles serrées sous un soleil encore généreux. Ce plan en plongée, au début du film, donne la tonalité  d’une rencontre entre deux mondes, deux solitudes, deux attentes. Le tandem trouve ses marques, crédible dans ses fragilités, ses silences et sa franche complémentarité. Un pas après l'autre, ils testent le rapprochement. 

     

                                       Les Parfums : Photo Grégory Montel

    À trop charger le cerveau d’odeurs, il sature, débranche l’olfaction. Retrouver le sens perdu, c’est se concentrer sur une seule odeur, à proximité, que l’on aime bien. Pour Anne, ce sera un savon à l’huile de coprah, qui embaumait ses séjours en colonie. Se centrer sur l’essentiel, ouvrir la mémoire riche de senteurs prisées. Guillaume, lui, aime l’odeur de l’herbe coupée ; elle lui rappelle son père tondant la pelouse.

                                                          Les Parfums : Photo Emmanuelle Devos

     

    Une histoire simple, toute douce, emplie d’humanité, a accompagné notre retour au cinéma, quatre mois plus tard. Nous étions douze à la séance du soir. Le hall d’entrée était désert. La vie était sur l’écran et dans nos cœurs, charmés par l’alchimie qui réussit toujours à susciter l’émotion avec trois fois rien, sinon le parfum de l’évasion vers des contrées inexplorées de nous-mêmes.

     

                                                              Les Parfums : Photo Grégory Montel, Zélie Rixhon


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :