• Saint Valentin

     

                                                                                        Petit jeu dominical spécial.

                                       A vous d'imaginer les acteurs rêvés, le décor magique et la suite romancée du scénario

     

    « … Primaires aux États-Unis, Trump et Sanders gagnent le New Hampshire. La course à l’investiture plus indécise que jamais/ Bruxelles, un tunnel supplémentaire fermé à la circulation. /Peu de chances d’un accord de cessez-le-feu en Syrie…


    La voix monocorde est coupée net.

    Chloé écrase le bouton de sa radio réveil. 7 H 02. L’heure à laquelle elle se levait avant. Avant la faillite de sa compagnie aérienne. Dix-sept ans hôtesse de l’air, un an aujourd’hui maîtresse de terre. Mais toujours l’éveil à la pointe du jour pour duper la réalité. S’appliquer à tenir comme si les vols continuaient avec elle, chef de cabine. Gros bémol, les services sont plus courts et au ras du sol. Impossible de décoller du quotidien.

                                                                       http://vanrinsg.hautetfort.com/media/01/00/2655474797.6.jpg


    Chloé a rompu les liaisons avec ses anciens collègues. La nostalgie romantique, la compassion amère, très peu pour elle. Chloé est entrée en résistance solitaire. Elle ne se confie qu’à sa mère. Elles se réconfortent mutuellement au téléphone entre Nazareth et Bruxelles. Chloé est belge par son père et palestinienne par sa mère. Celle-ci est retournée dans sa famille après la mort de son mari. Elles sont restées fort proches malgré l’éloignement.

    Chloé enfile son peignoir et prépare son thé à la menthe du matin. Quelques figues fraîches suffisent à lester le ventre pour la journée. Elle a conservé la grande ligne de sa vie antérieure. Chloé aime poudrer ses ruminations d’une dose d’humour. Elle a besoin de rire comme de pain. Son moral est parti en vrille ces derniers jours. Elle a l’humeur à fleur de peau.

    Hier, elle a failli péter les plombs chez le marchand de journaux, il avait oublié de lui tenir son magazine préféré. L’épouse était désolée. Chloé a ravalé sa rage. Elle a lancé un regard noir à la femme. Frustration contenue, gorge bloquée, parole étouffée. Sa susceptibilité maladive l’isole de la société.


    Chloé reprend du thé debout dans la cuisine face à la fenêtre qui donne sur le jardin. La lumière du jour s’installe, les feuilles en tenue d’automne vibrionnent promises à la transmutation, recyclées en humus nourricier.


    Passent les saisons, s’envolent les illusions.
    Chloé a envie de larguer sa morosité. Qu’inventer pour composer une journée pétillante ? Renouer dare-dare avec Julie, Fred ou Connie paraissait un Himalaya à gravir, au regard du fossé qu’elle a creusé délibérément une fois l’équipage cloué sur le plancher des vaches. Chloé plonge dans une rêverie flottante.

                                                                    ISBAA des LONGS BECS ( Vicomte de Longs Becs * Erin II des Longs Becs)


    Un chien inconnu dans le quartier la tire de sa torpeur. Le quadrupède altier traverse le jardin en diagonale. Il jette des regards furtifs vers la maison puis disparaît derrière les bosquets. Il déboule ensuite comme une balle et cale net face à Chloé. Le beau setter irlandais la fixe d’un regard malicieux. L’inconnu poilu répète son manège avant de s’évaporer.

    Curieux, pense Chloé. Elle monte dans sa chambre et décide de se vêtir d’un jean et d’un seyant chemisier en soie acheté au Pakistan. Revenue dans la cuisine, surprise, le chien baladeur gratte à la porte fenêtre, en gémissant doucement. Le cœur de Chloé fond. Elle ouvre, l’animal a un mouvement de recul, puis incline la tête, dans l’espoir d’une bonne papouille.


    « D’où viens-tu ? Qui es-tu ? Que veux-tu ? » Trois questions élémentaires balayées par deux pattes accrochées aux épaules et un grand coup de lèche sur le pif. Manale ! En dessous du nom gravé sur le médaillon, un numéro de téléphone. Chien retrouvé avec collier, un coup de fil et affaire classée. Viens Manale, on va appeler ton maître.

    Chloé hésite un bref instant: et si je te gardais ? Entre femmes, on pourrait s’en raconter des histoires. Pensée chassée aussitôt.
    - Allô, vous êtes bien le propriétaire de Manale ?
    - Oui.
    - Votre chien a échoué chez moi. Vous venez le reprendre quand vous voulez.
    - Où habitez-vous ?
    - Rue des mimosas.
    - C’est à deux pas de chez moi. J’habite rue des lilas.
    - Formidable. On va pouvoir ouvrir une boutique de fleurs.
    - J’arrive.

                                                                        http://l.yimg.com/bt/api/res/1.2/VKn9C9eUgkELn3H5BLYuIQ--/YXBwaWQ9eW5ld3M7Y2g9NTMzO2NyPTE7Y3c9ODAwO2R4PTA7ZHk9MDtmaT11bGNyb3A7aD00MjA7cT04NTt3PTYzMA--/http://media.zenfs.com/fr_FR/News/topsante/Saint-Valentin-6-jeux-pour-re-souder-son-couple.jpg


    La voix d’homme était chaude, légèrement hésitante. Enfin une journée excitante. Chloé relança un thé. Manale la suivait partout. La bouilloire sifflait quand une poussée énergique sur la sonnette fit sursauter Chloé.
    - Bonjour, désolé pour le dérangement.
    - Pas le moins du monde. Nous avons fait connaissance. Elle est brave.
    - Et espiègle ; ce n’est pas la première fois qu’elle joue les filles de l’air.
      L’ancienne hôtesse esquissa un sourire.
    - Je loge à la ferme du Cynthia, vous savez la ferme qui vend des légumes bio. La prochaine fois, je vous apporte des légumes.
      Chloé se raidit. L’homme lui plait, mais replonger subito dans la vie sociale lui donne le vertige.
    - Non merci.

    Décontenancé, il remet son chien en laisse. Il regarde Chloé, croit entendre son cri muré au plus profond.
    -Bon. Au revoir et encore merci.
    -Au revoir, salut Manale !


    Les méninges de l’homme turbinent à cent mille tours. C’est vrai que les légumes, c’était un peu vert comme entrée en matière. Une femme pareille doit aimer le contrepied. Il revient sur ses pas. Elle n’a pas complètement refermé la porte.
    - Vous écoutez la radio ?
    - Beaucoup.
    - Vous avez entendu la fermeture des tunnels ?
    - Oui, ça promet une belle pagaille.
    - Justement, c’est l’occasion de renforcer les transports publics. Dimanche il y a une manifestation pour l’instauration d’un péage urbain. Je compte y participer. Pourquoi ne pas vous joindre à notre groupe d’amis.

                        http://www.tuxboard.com/photos/2010/10/manifestation-CGT.jpg  Chloé se demande si sa journée extraordinaire commence à se dessiner et même                                                                                   à s'étendre au-delà de vingt-quatre heures.
    - Vous croyez qu’il y aura du monde ?
    - J’imagine un raz-de-marée qui inonde les tunnels.
    Elle ne put réprimer un vrai sourire, comme elle savait les décocher aux passagers sympas. Chloé sentit des papillons voler dans son ventre. Elle eut brusquement envie de battre le pavé avec des milliers de personnes au bras de son charmant voisin.

    Il était temps de quitter les zones froides de la déprime en embuscade.
    - D’accord, je viens. Je vais même battre le rappel. Ce sera l’occasion de renouer avec de vieux potes. Ok pour la manif, à une condition.
    - C’est-à-dire ?
    - Que Manale nous accompagne. Je lui dois un fameux bol d’air.
    - Ce sera une première. Marché conclu.
    - Enfin une manif qui aura du chien, sourit à nouveau Chloé.
    - Et du sens, si vous inversez les syllabes de votre prénom…
    -… ?
    -Chloé à l’envers, ça fait éclos, sorti de l’œuf, au sens premier.
    -Waaaooouuh, quelle culture ! Et tant qu’à casser les coquilles, que diriez-vous d’une petite omelette sur le pouce, sans légumes, évidemment.
                                                                 Chloé se surprit à sourire une troisième fois…

     

                                                Cinémouvance le 27 février 2016 sur les secrets de famille   


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :