• Rêverie de plein air

     

     

    Les cinémas ne rouvriront qu’en juillet au plus tôt. D’ici là, les salles essaient de maintenir le contact six semaines après leur fermeture. L’asbl gestionnaire du cinéma Caméo (Art et Essai) de ma ville propose de rencontrer des réalisateurs en ligne. Premier rendez-vous le 14 mai : Stéphane Demoustier, auteur de La fille au bracelet, excellent film de prétoire et sur la communication familiale. Le cinéma fournit un lien pour visionner le film sur la plateforme Ciné chez vous.

    Les drive-in, cinémas à ciel ouvert, fleurissent un peu partout, même sauvages, en Allemagne, aux États-Unis (retour aux sources), en Corée du Sud et surprise… en Iran. À Téhéran, le spectateur (auto)risé bénéficie d’un service hors pair, avec désinfection du véhicule et lavage du pare-brise. Attention, la distanciation sociale prévaut, comme en Belgique à partir du 10 mai, pour les réunions de famille limitées à quatre « extérieurs ». Les autorités comptent sur le civisme de la population pour respecter les distances. De tous les peuples de la Gaule, serions-nous les plus dociles ?

                                                         Des Iraniens assistent en famille à une cérémonie religieuse en drive-in sur un parking de Téhéran, le 30 avril 2020

    Si on pense l’après et que le climat continue à se réchauffer, le cinéma en plein air représente une échappatoire sérieuse en période de confinement et de fortes chaleurs. 2018 et 2019 ont été les deux années les plus chaudes depuis le début des relevés météo. Lundi dernier, le thermomètre a atteint 35,4° à Cambo-les-Bains dans les Pyrénées Atlantiques, record battu, 15 degrés au-dessus de la normale pour un début mai. 

    Les salles indépendantes réfléchissent aux conditions de réouverture. La reprise aura lieu en plein été, période traditionnellement creuse, sauf outre-Atlantique. Combien de séances, quel taux d’occupation, quels films ? De nombreuses premières ont filé sur les grosses plateformes de vidéo à la demande, tous genres confondus. Pourtant ces nouvelles toiles auraient pu sortir en drive-in. Pourquoi ne pas organiser un festival des nouveautés confinées durant les grandes vacances, Nous revivrions le printemps en été. Dépaysement garanti à défaut d’expéditions exotiques. Je vois aussi des écrans géants sur les plages, sur les flancs de montagne, sur les tours d’immeubles… On peut rêver, non… ?

    Dune : Affiche  Dune, sortie prévue en décembre 2020

    Les producteurs de films redoutent la perte sèche, ils pactisent avec la concurrence. Ils abreuvent les prédateurs au mépris de la chronologie des médias. Lors des négociations en cours avec les ministres de la Culture, les plateformes revendiquent d'ailleurs un délai raccourci entre la sortie d’un film en salles et sa disponibilité en format à domicile payant. Netflix a promis de consacrer  cent millions d’euros à la production de vingt films et séries en France. La plateforme américaine devance l’obligation  prochaine priant les experts du streaming payant d’affecter 25% de leur chiffre d’affaires à la production d’œuvres française et européennes. Sachez que les géants du secteur, tous USA bon teint, envisagent d’investir vingt milliards de dollars (18.5 milliards d’euros) dans la production de contenus à l’horizon 2023.

     

    Les revues de cinéma pallient le tarissement des sorties. Positif publie un dossier sur les actrices françaises, dissèque deux films d’époque virale, Fenêtre sur cour d’Hitchcock et L'ange exterminateur de Buñuel. La revue a étoffé la sélection DVD avec notamment l’édition de deux films rares de Francesco Rosi, Les hommes contre et Cadavres exquis, avec Lino Ventura en inspecteur aux prises avec la mafia.

                                                       Description de cette image, également commentée ci-après

    Lino que j’ai revu dans Le costume du bagnard Jean Valjean, dans une adaptation réussie du roman de Victor Hugo. Les misérables, Le colonel Chabert, Madame Bovary, France 2 programme classique dans la case « film non communiqué » de 14h. Aujourd’hui, Après vous, avec D. Auteuil, J.Garcia et  S.Kiberlain. Demain Erreur de la banque en votre faveur, avec un succulent duo Lanvin Darroussin,

    Je termine sur l'appel de deux cents grands noms du cinéma et de scientifiques à ne pas continuer l’après  comme avant.

    Extrait :

    La transformation radicale qui s’impose – à tous les niveaux – exige audace et courage. Elle n’aura pas lieu sans un engagement massif et déterminé. A quand les actes ? C’est une question de survie, autant que de dignité et de cohérence.

    Et bien sûr, comme une évidence, la chanson du jour, John Lennon au pupitre.   


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :