• Réveil à la carte

     

     

                                        Prochain atelier Cinémouvance le 27 février 2016 sur les secrets de famille

     

     La vie très privée de Monsieur Sim               La vie très privée de Monsieur Sim (le 16 décembre sur les écrans)

     

    La meilleure amie de François, c’est Emmanuelle. Il l’aime bien parce qu’elle le prend tel qu’il est, qu’elle ne le juge pas. Emmanuelle est devenue une confidente, qu’il peut chambrer en la faisant tourner en bourrique autour des ronds-points qui parsèment les sinistres zones commerciales de France. Emmanuelle, c’est le nom donné au GPS de sa voiture de fonction. François en est là, mais t’inquiète, « je vais mieux, je vais rebondir », martèle-t-il avec un sourire forcé.


    Pardi, il a de quoi déprimer, le François. Sa femme, son boulot, ses envies l’ont lâché. Son père n’est d’aucun secours, exilé dans le fin fond des Pouilles. Mais une phrase du paternel l’intrigue : « va à l’appartement, trouve un dossier marron et tu sauras ce qui t’a mis au monde.»


    François décroche un boulot de représentant. Il part dans le sud vendre une brosse à dents révolutionnaire en noisetier et poils de sanglier. En route pour mordre la vie à pleine dents. Il emporte dans sa valise la biographie du navigateur Donald Crowhurst, participant à la première course autour du monde sans escale en 1968. François s’identifie à cet ingénieur anglais devenu fou après 243 jours de dérive solitaire. Il perd la carte au point de se jeter par dessus bord.

    La Vie très privée de Monsieur Sim : Photo Valeria Golino A bord de sa Peugeot écologique, tenu par un pacte de sobriété, François est dépassé par tout ce qui roule. Il tourne à zéro émission de polluants et soliloque avec Emmanuelle. Il quitte les grands routes, enlève sa fille, revoit un amour de jeunesse et sombre dans un immense désarroi.


    Le neuvième roman de Jonathan Coe, The Terrible Privacy of Maxwell Sim, a inspiré Michel Leclerc, bouleversé par ce personnage dépressif, écho d’une période difficile dans la vie du cinéaste.

     

                                       La Vie très privée de Monsieur Sim : Photo Jean-Pierre Bacri


    François est terne comme la pluie. Il touche le fond et au fond de lui sommeille le goût de redonner des couleurs à sa vie comme les lutins qu’il convoque pour expliquer aux enfants pourquoi l’herbe est verte et la mer est bleue. La dépression, un excellent moyen de ralentir le cours effréné du quotidien, de marquer une pause, de souffler.


    « L’inhibition psychomotrice, correspond aussi à une tentative d’auto-thérapie, de soigner un stress chronique et épuisant par un retour au repos, note Daniel Vigne, médecin psychiatre et spécialisé en psychologie spirituelle. Guérir l'anxiété (avec CD d'exercices pratiques) écrit avec Michèle Cocchi, psychologue clinicienne, établit des passerelles entre la tradition orientale de la méditation de pleine conscience et la psychothérapie scientifique de l’occident.

        Guérir l'anxiétéLa dépression est un vide (p.19), l’occasion de transmuter le vide existentiel en vide créateur.


    « Prendre maintenant le temps de devenir soi-même, pas à pas, à une vitesse qui ne fasse pas peur mais suscite la hâte du pas suivant (p.154). Ralentir pour mieux se relancer; la dépression considérée comme une ouverture.

    .
    Le corps se met en panne, l’énergie vitale fuit, déperditions qui signent un questionnement sur le sens de la vie et du travail quand le syndrome d’épuisement professionnel (burnout ) se substitue à la dépression. Au boulot aussi, le fusible corporel saute, effet du «désillusionnement et de la désespérance des individus face aux pratiques de plus en plus pathogènes des entreprises et à une demande d’adaptation devenue trop absurde » (p.164).


    Méditer en pleine conscience coupe un mental répétitif et stérile. Les auteurs soulignent l’apport d’un travail sur le souffle, respirer amplement et revenir ainsi au souffle naturel. Ces pratiques psycho-corporelles délocalisent les émotions perturbatrices, telles la peur, la tristesse, l’anxiété. Elles stimulent également les endorphines. La marche, la Vitamine D, la photothérapie figurent aussi parmi une panoplie de ressources contre la déperdition d’énergie.

     

                                   La Vie très privée de Monsieur Sim : Affiche


    Quant à François, il va jusqu’au bout du voyage, à la rencontre de sa vraie nature, si longtemps occultée, niée, ou inconsciente. L’expérience fatale du navigateur anglais fournit un contre-exemple parfait. Jean-Pierre Bacri se renouvelle. Il sort du registre bougon et fredonne un personnage finalement sympathique, fragile, calque de l’extrême solitude contemporaine.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :