• Reprendre du pouvoir

     

                             Je continue à visionner des films qui pourraient figurer dans mon prochain ouvrage.

     

                                                                     Les Mots bleus


    Dans Les mots bleus, Anna n’est ni sourde,ni muette, mais elle ne parle pas. On ne sait pas ce qu’elle a. Maman craint peut-être que sa fillette apprenne à parler. L’histoire familiale enseigne que les mots tuent. Le lien est très fort entre la mère et la fille. L'école traditionnelle repousse Anna, « parce qu’elle ne s’adapte pas.» Elle se fraye un chemin vers la parole en apprenant la langue des signes, sous la houlette éclairée d’un professeur pas si prolixe que ça, mais aussi sensible qu’Anna.


    La société rechigne à comprendre et à intégrer les êtres différents qui ne relèvent d’aucune pathologie dûment répertoriée. L’entourage et les soignants d’une personne troublée psychiquement cultivent les idées reçues. Nous sommes de plus en plus informés sur les troubles via les associations de patients et de familles, via Internet et la médiatisation de la dépression, du burn-out ou de la bipolarité. Cela n’empêche pas l’ostracisme à l’égard de personnes momentanément perturbées. Ces personnes sont définitivement confinées dans des pathologies chroniques et invalidantes, devant être traitées à vie.


    Erreur manifeste si l’on en croit les récits de guérison qui fleurissent en librairies. La revue "Le cercle psy" donne la parole aux patients dans un numéro hors série. Les témoignages sont foisonnants et passionnants. Ils proviennent du site de la revue, de blogs ou de sites associatifs. La revue publie aussi des extraits d’autobiographie. Le récit permet au malade de « reprendre la parole et donc le pouvoir sur sa maladie, en la racontant et en se racontant.» De nombreuses études sur une longue durée attestent d'un rétablissement suffisant de personnes atteintes de troubles schizophréniques ou bipolaires, suffisant pour mener une vie épanouissante. 

     Paraphilies                  Burn-out                  Harcèlement  

     

     

    Généralement, le patient en sait plus sur sa maladie que le médecin. L’expertise du patient est valorisée. Le narrateur partage son expérience de vie et aide ainsi les personnes atteintes d’un trouble similaire. Le patient se mue en « usager », qui témoigne de sa souffrance, des erreurs commises par la médecine ou l’entourage ; qui décrit également les mots et les gestes aidants, les traitements opérants.

    La faculté de médecine de Columbia, à New-York a élaboré un programme de médecine narrative basé sur l’écoute des histoires de patients. Ce que racontent les patients donne des indices sur l’inefficacité d’un traitement.


    Nos histoires nous disent, nous fondent, nous façonnent. Sans cette capacité à construire des histoires à propos de nous-mêmes, souligne Jerome Bruner, « rien n’existerait qui ressemble à une personnalité. » Et il ajoute : concevoir une histoire permet d’affronter les surprises, les hasards de la condition humaine, mais aussi de remédier à la prise insuffisante que nous avons sur cette condition.
    Narrer son trouble mental, dire son tourment, énoncer ses attentes, amorcer son issue personnelle, parler de soi à autrui aide considérablement à apprivoiser et à surmonter son trouble mental.


    Le cinéma aide grandement à l’évocation narrative au départ d’une histoire (le film) qui ne nous appartient pas et que nous nous approprions, accommodée à notre sauce. Le cinéma organise le voyage hors de soi et le retour en soi. Passer par l’imaginaire du réalisateur et des acteurs facilite le travail thérapeutique, allège l'approche de soi. 


    Anna ne parle pas, mais elle dessine. Anna ne dit mot, mais elle signe ses émotions. Anna montre son hésitation entre préserver un lien vital et acquérir une autonomie salvatrice. La parole sortira d'un cri du coeur.

     

                                                                   Les mots bleus

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :