• Relances

     

     

                                  Prochain atelier Cinémouvance le 27 février 2016 sur les secrets de famille

     

     

    C’est l’histoire d’un film avorté racontée dans un livre.  C'est le métier qui rentre  Le livre a inspiré un film

    Arrête ton cinéma ! - Sortie le 13 janvier 2016 joué par Sylvie Testut, la réalisatrice malheureuse auteur du livre.


    Diane Kurys et Sylvie sont très proches. Elles ont tourné trois fois ensemble. Diane se souvient du moment où son amie lui a annoncé que son film ne se ferait pas à trois semaines du début du tournage.


    «Elle était effondrée et devant sa détresse je lui ai conseillé d’écrire un livre pour ne pas rester sur cet échec mais au contraire pour l’exorciser et essayer d’en faire quelque chose.»


    Aussitôt dit aussitôt fait. Sylvie écrit, "C'est le métier qui rentre", un roman truffé d’autodérision, rédigé comme elle parle et vit, à cent à l’heure. Le livre paraît il y a deux ans, jour pour jour. Le film sort le 27.01 en Belgique deux semaines après la France.

    Sylvie Testut tire un trait sur une aventure pénible en interprétant elle-même une cinéaste rêveuse et amoureuse de son projet, déterminée à raconter l’histoire de sa famille. Elle paye de sa personne pour effacer un véritable échec. La mise en abyme parfaite.

     

    «C’était super difficile. Il fallait que je fasse comme si je n’avais pas écrit              le livre car c’est très compliqué de travailler sur ses propres réactions. Du coup, j’essayais de m’en détacher, persuadée d’être allée jusqu’au bout de ce que j’avais dire sur l’histoire dans le roman. Par rapport à l’adaptation, il faut lâcher et ne pas tenter d’être dans la maîtrise


    Pari réussi. Sylvie assume son personnage, c’est-à-dire elle-même, en train de galérer pour monter son film, soumise aux caprices de deux productrices, riches et affreuses.

                                                  Arrête ton cinéma ! : Photo Josiane Balasko, Zabou Breitman

     

    Sybille/Sylvie est ballotée, ridiculisée, soumise, agrippée à son projet comme un naufragé à sa bouée. Elle avale toutes les couleuvres, elle encaisse humiliation sur humiliation. Les situations cocasses ne parvenaient pas à me dérider vraiment , tellement Sybille courbait l’échine. J’étais sidéré, j’attendais impatiemment sa rébellion, attente qui a soutenu un intérêt mitigé.


    «On écrit parfois parce qu’on cache les choses les moins glorieuses de notre être profond, puis on les met en scène pour les tourner en dérision et leur donner un côté clownesque

    Diane Kurys a accentué la touche délirante assez discrète dans le livre. Josiane Balasko et Zabou Breitman s’amusent comme laronnes en foire à camper deux productrices horribles. L’une est folle et sadique, l’autre est grande gueule et odieuse. Les deux harpies ensorcèlent  Sybille,vouée corps et âme à un projet reléguant couple, enfants et estime personnelle aux oubliettes. 

                                                        ARRETE TON CINEMA ! au Cinéma Villeneuve-sur-Lot - Grand Ecran


    Arrête ton Cinéma repose sur un trio d’actrices décoiffant. Il montre en creux la cruauté et la vacuité d’une profession gonflée à l’égo et au narcissisme. Le film a été difficile à monter, aucune télévision n’en voulait, l’amitié des acteurs et des techniciens a largement contribué à son avènement. L’écriture, l’amitié et le cinéma ont permis d’effacer un échec cauchemardesque. Sylvie a rêvé d’un film et son rêve est finalement devenu réalité. Le cinéma a l’art d’embellir le réel.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :