• Regains

     

     

    Téléphone, Pink Floyd, The Who, les anciennes gloires de la « Pop Music », entre soixante et septante ans bien sonnés, repartent pour un tour sur le terrain de leurs exploits, à la recherche de l’adrénaline de concerts enflammés. Ils jouent comme si leur vie en dépendait, cure de jouvence ou déni de la mort, en tout cas, désir de revivre la fusion avec un public acquis à leur cause. 

                                   Roger Daltrey - Roger Daltrey Photo (28323313) - Fanpop Roger Daltrey (The Who) hier et aujourd'hui

     

    Nous voulions encore travailler ensemble avant de tomber raides morts, clame Roger Daltrey, soixante-neuf balais, chanteur des Who. Il ajoute : Les gens ne veulent pas les nouveautés. La plupart viennent au concert pour entendre les titres de leur jeunesse.

     Peut-on retrouver les émois d’un passé révolu au crépuscule de sa vie ? Peut-on arrêter le temps et revenir en arrière ? Cecilia Verheyden tente de répondre simplement à ces interrogations métaphysiques dans un premier film élégant et pudique, Au-delà des nuages (Achter de wolken) (27 avril en Wallonie, 10 février en Flandre) ou comment ressusciter un premier amour à septante ans.

    Emma enterre son mari, entourée de sa fille et de sa petite-fille. Une vieille connaissance, perdue de vue depuis un demi-siècle, -peut-être pas perdue en esprit- dépose une fléchette sur le cercueil de celui qui fut son meilleur ami. Une pique à l’éternel rival, une flèche de Cupidon décochée illico à son premier amour.

    Gerard sort de l’ombre, remet en lumière le trio  qu’Emma, le défunt et lui formaient à vingt ans. Georges plus entreprenant a détourné Emma des bras de Gerard. L’amoureux transi et dépité entend prendre sa revanche sur le sort rageant. Il entreprend le siège assidu d’une veuve toujours sensible à ses charmes éventés. Elle relit un livre de Gerard, se souvient de leur amour juvénile. Le cœur gelé d’Emma ne demande qu’à fondre au terme d’une union platonique avec un mari industriel véritable courant d’air.   

     

                                                           photo 4

    Est-ce bien raisonnable si tôt après l’incinération de Georges ? Un premier rendez-vous sous la pluie, d’accord, mais en catimini. Emma craint la réaction de sa fille. Evelien, sa petite-fille, confidente et complice la soutient. Evelien, aux prises avec une relation qui tourne à vide en profite pour interroger l’aïeule sur les méandres tortueux de l’amour.

    Gerard presse Emma de prendre son parti, il n’a plus de temps à perdre. Il frise le harcèlement, lance un ultimatum. Est-ce que cela a encore du sens à nos âges, se demande Emma. Elle oscille entre résignation et regain. Emma frissonne dans la grande maison vide, son corps vibre encore sous le boisseau. Elle décide de découcher, de plonger dans une nuit de « sexe torride», souhait énoncé dans un sourire à un amant au physique cabossé. C’est tellement bon de rattraper le temps perdu.

    Gerard veut plus qu’une nuit, il veut Emma pour la vie. Sa dulcinée perd pied, la raison comprime un élan inespéré. L’esprit du jeune défunt rappelle Emma à l’ordre, la pousse à rentrer dans le rang. Quel ordre suit-on encore au soir de sa vie, sinon celui de vivre à fond ce qui est encore à vivre.

                                                         Trailer 'Achter De Wolken' met Chris Lomme en Jo De Meyere - HLN.be

    Cecilia Verheyden adapte une pièce de théâtre de Michael De Cock. Chris Lomme et Jo De Meyere reprennent à l’écran leurs rôles sur les planches. Le film a dépassé les cent mille entrées au nord du pays. Les thèmes abordés, l’amour au quatrième âge et les déboires sentimentaux de trois générations de femmes lui ont valu d'être distribué dans la partie francophone du pays, fait rare pour une production flamande.

    Emma, Gerard et les papys musiciens incitent à aller jusqu’au bout de nous-mêmes afin de donner un sens à une ultime ligne droite souvent redoutée. L’enjeu n’est pas de réécrire le passé, ni de recommencer à zéro (encore que certains cultivent cette illusion), il s’agit seulement de vivre pleinement les péripéties que nous propose une espérance de vie accrue.

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :