• Projections dans la projection

                                                                                                                                                                                                                                 xxxx         JULIETA_aff_600.jpg (18 mai)

     

    Une personne que je croise régulièrement au cinéma Art et Essai de Namur me hèle de loin dans la rue. «Il faut absolument aller voir Julieta, dit-elle, avec des étoiles dans les yeux. Nous sommes tous des mères qui ont eu des problèmes avec leur fille».

    Je lui dis en souriant que je suis plutôt père. J’avais aussi en tête la critique incendiaire d’une journaliste radio du service public belge. Le dernier film d' Almodovar m’avait déçu, bref, je n’étais pas nécessairement partant. Et puis, nouvelle rencontre d’un spectateur enthousiaste qui voit un parallèle entre Médecin de campagne et Julieta Lui aussi, s’était empressé de voir le film dès sa sortie avec son épouse. Je suis donc allé voir de quoi il retournait avec ma compagne.

    Julieta, la cinquantaine, n’a plus aucune nouvelle de sa fille depuis douze ans. Antia n’est jamais revenue d’une retraite spirituelle. Seul signe de vie, une carte envoyée à sa mère le jour de son anniversaire. Aucune adresse d’expéditeur ne figure sur l’enveloppe. Cette disparition inexpliquée à percé une blessure à jamais béante dans le cœur de Julieta. Elle garde néanmoins l’espoir de revoir sa fille chérie.

                                                                               xxxx

    Une rencontre fortuite avec une ancienne amie d’Antia lui fait renoncer à une deuxième vie au Portugal. Julieta plante son homme sur le champ et attend le retour hypothétique de l’enfant prodigue. Elle commence une introspection rétroactive en consignant  dans un grand cahier les états d’âme qui furent les siens durant douze années de chagrin.

    Almodovar signe un film épuré, à tiroirs narratifs comme il les aime, superbement interprété. Mais j’ai ressenti peu d’émotion au contraire des supporters enthousiastes que j’avais rencontrés. J’ai une interprétation radicalement différente de celle de mon ami. Une fois encore, l’histoire personnelle conditionne notre vision d’un film. Le phénomène de  la projection joue à fond lorsque les personnages résonnent avec notre situation ou celle d’un proche, surtout si le récit en images offre des perspectives heureuses à un souci momentané ou récurrent.

    Projection positive : vouer une admiration sans bornes pour la personne qui sert de support de projection.

    Projection : voir quelque chose qui est absent ou très peu présent chez la personne. On projette sur autrui ce que l’on se défend de reconnaître en soi (Le cinéma, une douce thérapie, p.32).

     

                                                                                  xxxx                                                             

    La projection psychique agit dans un double mouvement, en aller-retour de l’intérieur vers l’extérieur, de soi à l’écran, et de l’écran à soi. Attribuer à des personnages fictifs ce que l’on ressent, perçoit et pense allège l’existence. Le cinéma dessine au moins une échappée vers le songe et la rêverie. Une projection empathique identifie les sentiments, les pensées les intentions d’autrui en les comparant aux nôtres, en se basant sur nos expériences émotionnelles intérieures.

    La projection peut devenir maladive si elle se mue en seconde nature, au risque d’être dépossédé de soi-même lorsque « la projection devient littéralement une manière d’être et de percevoir» (Psychologie de la désadaptation, Jimmy Ratté, Les Presses de l’Université Laval- Chronique sociale).

    J’ai regardé Julieta d’une position d’observateur attentif, imprégné des réactions de ceux qui m’avaient poussé à voir un film sur lequel je comptais faire l’impasse. Je ne regrette rien. Ce fut une expérience intéressante et sera un sujet de conversation lorsque je reverrai les fans de la madre.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :