• Pris de court

     

    Écrire représente une demande de contact et un espoir de compréhension  (Nancy Huston)

     

                                                    Gros plan faible angle de vue d'un homme d'affaires dans un costume de signer un document avec un stylo-plume comme il ferme une affaire ou finalise un contrat ou d'un accord Banque d'images - 25651206

    Un papier tous les trois jours, tiendrais-je ? « Papier », jargon d’un ancien journaliste débutant en 1976.

    Des amis m’incitent à saisir mon clavier. Des notes économiques et démographiques sur la pandémie ; un journal baptisé « dérisoire », j’apprends énormément. Ainsi, au stade actuel de la pandémie, je sais qu’elle n’aura aucune incidence sur la démographie. Le journal inattendu de l'autre écrivain réveille des souvenirs de jeunesse. L’ensemble peuple mon stage d’ermite.

     

    Je serai court pour parler de longs –métrages, la vocation première (plus la seule) de ce blog. Hier soir, pléthore de films. J’ai enregistré La chambre bleue  que vous pouvez voir le 10 avril à 1 :45 L’adaptation d’un roman de Simenon méconnu, très sensuel, avec Mathieu Amalric derrière et devant la caméra. C’est court, très cru, monté en alternance. Le comédien-réalisateur a tourné avec sa compagne de l’époque le versant infidélité, trop dénudé. Qu’aurait pensé Simenon ?

    Ce que j'en pense, moi : rien de bon  (27 mars)

     

    Smilla

                                             J’ai commencé à regarder Smila (disponible en VOD) adapté du roman de Peter Hoeg, que je ne connaissais pas. Une distribution de choix (Julia Olmond, Vanessa Redgrave, Gabriel Byrne, Richard Harris), une héroïne métissée Inuit/Danoise, un réalisateur, Bille August palmé ( Cannes,1988, Pelle le conquérant) ont piqué ma curiosité. Le début est prometteur, le rythme lent. Je sens pointer un désastre écologique. Bien durant une heure et demi, dernière demi heure décevante. (27 mars)

    J’ai décidément un faible pour les auteurs scandinaves. J’ai vu la moitié de la série suédoise Jordskott, la forêt des disparus. La nature envoie un message. Les esprits de la forêt réclament une vie pour une vie. Ils enlèvent des enfants afin de dissuader l’homme de déboiser et de contaminer les eaux qui abreuvent les racines d’arbres séculaires. Plusieurs femmes incarnent différents visages de l’instinct maternel. Il y a du complot dans l’air. C’est lent comme Smila, intrigant tous deux. Visible sur Arte Tv jusqu’au 30 mai.

     

                                                                        Les Enquêtes du Département V : Miséricorde : Affiche

    J’allais oublier un troisième enregistrement nordique (sur le conseil de notre fils), la première enquête du Département V , Miséricorde, inspiré de la série (six volumes) de Jussi Adler-Olsen, parue en Livre de poche. Les quatre films sont disponibles en VOD. Ils sont déjà passés sur Canal Plus. La télé linéaire prend le relais. Je me souviens maintenant avoir vu Miséricorde en vision de presse en 2013. Du solide, des tripes, du politique. Visible sur ici

    Pourquoi tant de polars? Parce qu'on ne connaît pas la fin.

    Et puisque je parle de VOD, sachez que la  Fédération Wallonie-Bruxelles et le Centre du Cinéma et de l’Audiovisuel ont décidé d’accompagner les sorties de films belges sous forme virtuelle (e-cinema) pour permettre à un maximum de personnes de découvrir ces films chez soi.

     

                                                      https://audiovisuel.cfwb.be/fileadmin/_processed_/9/3/csm_Le-cinema-belge-a-la-maison_cc810e3515.jpg

    Le site lecinemabelgealamaison.be reprend les plateformes proposant les  films, et recense également  les plateformes (Auvio (RTBF), Proximus, Voo, Universciné ou Uncut) qui  proposent du cinéma belge.

     

    Voilà tout en ce huitième jour de confinement…Ai-je été court ? Long cours, pas trop longue j'espère, notre assignation à résidence. Heureusement, le soleil est toujours là; visionnez plutôt en fin de journée.

    Encore un mot : le cinéma nous manque beaucoup. Un coup de fil me renvoie quelques semaines en arrière. Une connaissance me parle de cinq séances vécues avant l’extinction des projecteurs. Les ayant vus aussi, nous avons comparé nos impressions. Il y a toujours quelque chose en nous de la magie des salles obscures.

    Et voici que se pointe Johnny… Place à la chanson. 

                        On a tous -
    Quelque chose en nous de Tennessee
    Cette volonté de prolonger la nuit
    Ce désir fou de vivre une autre vie
    Ce rêve en nous avec ses mots à lui

     

                                                                  Portez-vous bien.


  • Commentaires

    1
    Reman Pierre
    Jeudi 26 Mars à 10:30

    Merci Patrice,

    Je partage ton point de vue sur l'excellent voyage à travers le cinéma français proposé par Bertrand Tavernier. J'ai beaucoup apprécié la façon dont il a rendu hommage aux cinéastes "emportés" par la deuxième vague. 

    Pour l'instant, je me régale en regardant agir le "baron noir". C'est palpitant et plein d'humour et, mine de rien, la réflexion qu'il suggère sur l'action politique, ses motivations et ses jeux est plus qu' intéressante.

    Depuis que je suis retraité, j'alterne la lecture d'un roman contemporain (le dernier est la" panthère des neiges"), un classique (le dernier est "Orgueils et Préjugés" et un livre d'histoire (Je suis plongé pour l'instant dans le biographie d'Hubert Pierlot.

    Si tu veux, je t'envoie une analyse que j'ai faite du "voleur de bicyclette". Mes collègues de la FOPES avaient eu la bonne idée de passer un film à l'occasion de ma retraite et m'avaient demandé quel est le film qui correspondait le plus à ce que je voulais dire en partant. J'ai peu hésité.

    Mes amitiés ainsi qu'à Martine.

    Pierre

     

      • pili-pili
        Jeudi 26 Mars à 10:45

        Volontiers, j'adore la bicyclette. Je fais un peu comme toi, alterne essais et romans Je lis avec intérêt " Manières d' être vivant" et Les seize arbres de la Somme, sur les secrets de famille dispersé entre la Norvège, les îles Shetland  et la baie de Somme. Voyages, voyages.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :