• Prévisions

     

     

     Michel-Ange   21 octobre 2020

     

    De nombreuses questions dévalent les travées des salles de cinéma toujours vides. Quels films sortir, qui viendra les voir, quelle programmation en 2021, si les tournages prennent du retard, voire sont annulés.

    L’Italie rouvre le 15 juin, avec une comédie du cru prometteuse et un film d’animation Disney. La France reprend les affiches de mars le 22 juin, soit onze titres. Les semaines suivantes, les sorties augmentent progressivement, de deux à sept nouveautés le 14 juillet, dont le dernier François Ozon, Été 85. Le 22 juillet, un Christopher Nolan,Tenet, qui semble loucher sur Inception et Mulan, le dessin animé de 1998 reconverti en prises de vues réelles, encore un Disney. À la rentrée, une certitude, Michel-Ange, d' Andreï Konchalovsky.

     

    Été 85

                             L'Été 85, François Ozon, le 14 juillet

    La Belgique francophone adoptera probablement un calendrier similaire, assorti de conditions de vision à partir du 1er juillet : public limité à 200 personnes assises  maximum, qui doivent respecter une distance d’au moins 1,5 m les unes des autres. Il est recommandé d’acheter son  par téléphone ou en ligne.

    La France revient trois mois en arrière, l’Italie mise sur une production locale et sur le jeune public. Comme il y a peu de films disponibles, leur durée de vie sera plus longue sur grand écran, une chance pour des productions à budget modeste, généralement barrées par les machines à sous américaines.

    De toute façon, nous rassure-t-on, il y aura assez de films. Les tournages reprennent, encouragés par les pouvoirs publics. La France, l’Italie et les Pays-Bas ont créé des fonds d’aide aux tournages, de 50 à 300 millions d’euros. Un soutien bien nécessaire pour répondre aux conditions sanitaires des assureurs imposées sur les plateaux, à des équipes de tournage réduites  à cinquante personnes.

                                                     

    Le cinéma est obligé de se réinventer, les scénaristes ont carburé ces trois derniers mois. Les films tournés et montés doivent ensuite trouver un distributeur, maillon indispensable entre la production et les exploitants. Les distributeurs penseront d’abord à écouler leur catalogue existant avant de renouveler leur offre. L’embouteillage menace, les accès aux écrans seront négociés à prix d’or.

    N’anticipons pas. Dans l’immédiat, il s’agit de  reconquérir le public, de le convaincre de pouvoir regarder un film en toute sécurité. Le public des salles est généralement âgé, c’est aussi le plus exposé au virus. Comment les aînés vont-ils réagir ?

     

                                        

                                    Nouvelle comédie italienne, le 15 juin

    Beaucoup de jeunes, flottant  jadis entre la salle et le streaming, se sont arrimés au cinéma en ligne ou à la télé (VOD, rediffusion de comédies regardées en famille). Les abonnements aux plateformes type Netflix, Amazon Canal +, Disney + ont triplé. Assez bien de  films ont continué leur carrière (entamée en mars) chez les fournisseurs à la demande, qui ont également diffusé des  titres inédits.

    Cet engouement pourrait pulvériser le délai de quatre mois entre la sortie physique en trois dimensions et la disponibilité en VàD (Vidéo à la demande, traduction de Video On Demand). Aux États-Unis où les films sont rapidement édités en DVD, les liens fleurissent, sources de téléchargement illégal. Le piratage immédiat condamne l’exploitation en salles. La profession a suivi attentivement les changements d’habitude durant l’assignation à domicile. Reste maintenant à établir de nouvelles stratégies de diffusion, réduisant encore la part de la salle. C’est la bouteille à encre intégrale.

    La Chambre du fils

    En tout cas, l’Italie protège son parc cinématographique en octroyant 10.000 € par salle. La Tchéquie, elle, est satisfaite du taux de fréquentation de cinémas remplis à 50-65%, après cinq jours de reprise. En revanche, le Texas, terre de western, revoit peu de monde revenir.

    Quant à moi, j’attends le descriptif précis des conditions de vision. Les météorologues prédisent un été chaud et caniculaire. La fraîcheur d’une bonne projection sera peut-être l’argument massue en faveur de ma réintégration au corps cinéphile.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :