• Ôte-moi ce doute...

     

     

                               Silence : Affiche 

     

    Plusieurs avis favorables m’ont convaincu de voir Silence (15 février en Belgique et 8 février en France) alors que j’étais réticent. J’en retiens une photo magnifique, une mise en scène dépouillée et le tourment terrible de la foi chrétienne en Dieu. Trop long, le film de Martin Scorsese donne au moins matière à réflexion. Le réalisateur italo-américain a patienté trente ans avant d’adapter le roman du japonais Shûsaku Endô. Le livre lui a été offert par l’archevêque de New York en 1988. Silence complète avec La dernière tentation du christ et Kundun un regard sur la spiritualité confrontée au doute et à la violence. Le dernier film de Scorsese comporte des scènes de torture insoutenables, inutilement redondantes.

                                                    Silence : Photo

    Nous sommes en 1640, sur les rivages du Japon où se terrent des convertis évangélisés(quelle idée saugrenue) par les jésuites. Les seigneurs féodaux voient d’un mauvais œil cette religion venue défier le bouddhisme. Deux jeunes prêtres partent à la recherche de leur mentor, le père Ferreira, porté disparu. La rumeur laisse entendre que le père Ferreira a changé de religion. Ses deux disciples n’en croient pas un mot. Ils veulent en avoir le cœur net et découvrent sur place le sort atroce réservé aux néo chrétiens.Ceux-ci sont soumis à la torture aussi longtemps qu’ils n'auront pas renié leur foi. La perspective du paradis et la conviction fiévreuse des jésuites les font mourir sur la

    croix face à l’océan déchaîné. 

    L’étau se resserre sur Garupe, un des jeunes pères. Les deux prêtres se sont séparés. Garupe s'oppose au gouverneur Inoue dans des joutes verbales mémorables. Le vieux  notable manie la dialectique avec le jeune croyant. Le Japon dénie l’existence d’une transcendance divine. La nature grandiose suffit  à montrer la petitesse de l’homme. Le soleil ne se lève-t-il pas tous les jours alors que Jésus est mort depuis longtemps ? Garupe se défend corps et âme d’accomplir le petit geste qui lui est demandé : fouler au pied une effigie du christ. Il se voit bien mourir en martyr. Mais il n’est pas seul concerné. Garupe entend les cris horribles de ses ouailles torturées à quelques mètres de sa cage.

    Silence : Photo Garupe prie le ciel de lui dicter la conduite à suivre. Un silence oppressant lui répond.      Garupe doute. Inoue retourne le fer dans la plaie. Il demande au jésuite d’être compatissant envers les chrétiens qui meurent pour lui et non pour un dieu invisible. Il suffit d’un petit pas pour interrompre le supplice. La foi du Padre tient les convertis en otages. Finalement, il s’agit de se comporter en homme charitable, de ravaler l’orgueil d’une foi inhumaine.   

    Ce cruel dilemme trouve son dénouement au cours des retrouvailles avec Ferreira, effectivement acquis au bouddhisme et…marié avec la veuve d’un chrétien exécuté. Une fois encore le gouverneur machiavélique tire les ficelles, il oriente le destin des missionnaires. Leur religion ne vaut pas tripette comparée au bouddhisme mais la ferveur des convertis représente un danger pour le culte local. Ferreira expose les vertus du bouddhisme à son ancien élève. Il tance au passage la vanité de Garupe, tenté par le martyr christique. L’honneur d’un jésuite vaut-t-il davantage qu’une vie humaine ?

                                                        Silence : Photo Liam Neeson

    Réponse sur l’écran terrien. Le spectateur a le loisir de méditer sur des images de nature éblouissante, références à la patte du cinéaste japonais Kurosawa, auquel Scorsese voue une grande admiration. Né il y a trois quarts de siècle dans le quartier new yorkais de Little Italy, Martin S. garde deux images contrastées de son enfance : la quiétude de l’église plantée au milieu du village et la violence qui régnait à l’extérieur. Spiritualité et fureur, deux thèmes récurrents dans l’œuvre d’un grand du cinéma.

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :