• Mondes à part

     

     

     

                                                          

    Si on délocalisait votre usine en Inde et que l’on vous propose de garder votre emploi là-bas, vous iriez, vous ? Ben non. Aglaé, si ! Elle mène une vie tranquille, simple et ordonnée. Elle règle des tests de résistance automobile aux chocs. Le petit bout de femme ronchon excelle dans sa partie. Aglaé a horreur de l’imprévu, elle veut continuer à suivre son train-train, même à des milliers de kilomètres de sa Yonne natale. La mondialisation sauvage ne lui fera pas lâcher son gagne-pain. Ses vagues copines, Marcelle et Liette se demandent quelle mouche a piqué la petite. Puis, l’appel du large est plus fort que la routine, elles suivent Aglaé dans sa folle entreprise. Car, l’infâme patron ne paie même le billet d’avion ;  elles embarquent donc dans la vieille Citroën jaune orange de Marcelle. L’occasion est belle de secouer des vies atrophiées.

                                                        Trailer du film Crash Test Aglaé - Crash Test Aglaé Bande-annonce VF ...

    Marcelle a soixante ans, est célibataire et s’affaire à briquer sa maison et à croiser les mots, sa façon à elle d’évacuer le stress du chômage à venir. Liette, la quarantaine, espère un enfant d’un délégué syndical volage. Elle décide de ne plus attendre et épouse  l’utopie d’Aglaé. Le trio bancal prend la route et prend rapidement l’eau. Aglaé tenace poursuit seule son périple. Elle qui déteste l’inédit va être servie. Impavide, elle fait du stop, séduit un soldat kazakh, séjourne dans une décharge, enlève son patron… Les péripéties multiples d’une voyageuse improvisée ondulent entre poésie, loufoquerie, tendresse et grands espaces. Qu’elle paraît menue, Aglaé, couchée sur sa moto, sur les pistes montagneuses, fétu sinuant parmi des massifs montagneux dressés à perte de vue. Aglaé incorpore l’aventure, trace sa route sans détours. Elle compose avec l’imprévisible, pensant  préserver le confort d’un boulot qu’elle connaît par cœur. Elle s’accroche à une identité figée comme le naufragé agrippe le débris à sa portée pour survivre. La

    mondialisation cupide déboussole les travailleurs, Aglaé garde le cap. 

    Le premier film d’Éric Gravel souffle un vent de fraîcheur sur la comédie sociale. Il donne la bougeotte, inspire le courage de changer ce qui semble immuable. C’est un pied de nez à la résignation, à la fatalité du cynisme mondialisé. Le périple d’Aglaé donne envie de donner un coup de pied dans la fourmilière, le sourire mutin aux lèvres et l’humour en bandoulière. Crash Test Aglaé (sorti le 2 août) revigore, stimule et répand le goût d’un ailleurs choisi avec détermination. Cette épopée mérite d’être projetée dans les rues lorsque les manifestants contre les politiques néolibérales battront le pavé à la rentrée chaude annoncée.

    photos du film valérian et la cité des mille planètes On peut aussi se projeter dans le futur pour quitter le ronron métro-boulot-dodo. Nous avons voyagé en famille avec Valérian et la cité des mille planètes (sorti le 26 juillet). Du cinéma grand spectacle truffé d’effets spéciaux gonflant un scénario indigent. Nous n’étions pas là pour l’histoire lue dans la saga de Christin et Mézières, nous étions venus voir un gros studio français (EuropaCorp) jongler avec les millions d’euros. Nous en  avons eu plein la vue. Les "Besson boys" ont mis la gomme chromatique et attisé la fibre créative. Résultat : un mélange plus harmonieux que les grosses productions formatées américaines. Les vingt minutes initiales sont magnifiques. Le public mondial applaudit, sauf les Américains, tiens, tiens. Les 170 millions d’investissement seront couverts et la franchise continuera, à la franco-européenne. Les Jedis ont trouvé leurs émules. Youpi Yé.

                                                                             

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :