• Ma préférence à moi

     

     

              Le Hobbit : la Bataille des Cinq Armées  Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu?  Lucy Supercondriaque

     

                                                          Le Labyrinthe    Hunger Games - La Révolte : Partie 1                                                                                                            

     

    Les Français aiment les comédies françaises. Les Belges apprécient les superproductions américaines. C’est ce qui ressort des chiffres de fréquentation de 5900 (5500 FR, 400 BE) salles de cinéma en 2014. Nos voisins ont plébiscité Qu’est-ce qu’on fait au bon dieu, Supercondriaque et Lucy tandis que la Belgique palpitait pour le Hobbit, les Hunger Games et Le Labyrinthe.  Sept titres sur 10 sont communs aux deux classements. Samba n’apparaît pas dans les dix meilleures recettes belges. Les Français ont boudé le loup de Wall Street et Maléfique. La représentation famélique de l’hexagone (7%)  dans le top 30 tient certainement à la majorité de néerlandophones en Belgique qui ne vont pas voir les films français, rarement distribués en Flandre.

    Les superproductions sont prisées des deux côtés des frontières. De même, les suites sont bien suivies. Planète des singes, Spiderman, Step Up, X-Men, Hobbit, Hunger Games rallient chaque fois leurs inconditionnels. Les foules friandes de grands spectacles continuent à fréquenter les grands écrans. Le cinéma, quelque soit le genre du film, ne prend son ampleur réelle qu’en salle. Le public ne s'y trompe pas.

    Mais le public a tendance à voir un peu toujours la même chose, conditionné par la promotion massive des machines hollywoodiennes. Les films d’animation par ex. (Rio, Dragons, Planes, Paddington figurent en bonne place dans le classement des toiles préférées. J’aurais aimé le même engouement pour

                       Le vent se lève  Le Vent se lève

                                                                                    Le Chant de la Mer  Le chant de la mer

     

     Le conte de la princesse Kaguya Le Conte de la princesse Kaguya


    Il ne s’agit pas d’opposer cinéma d’auteur et cinéma populaire. J’ai vu 3 films sur 6 en tête du classement franco-belge. Les cinéphiles érudits dénigrent régulièrement la dimension délassante d’un art universel. Un film n’aurait de valeur que s’il est dérangeant, que si son style est novateur et iconoclaste.La plupart du temps, le cinéma est synonyme de divertissement, de détente, de rêve. Le spectateur indulgent et le puriste élitiste occupent deux extrêmes. Entre les deux, je suis toujours preneur d’un  un film bien fait, facile ou non.

    Les budgets ne sont pas extensibles. Le spectateur s’aventure généralement en terrain connu, surtout si l’information manque sur des films  moins médiatisés. Le marketing devrait se concentrer sur la  mise en valeur de perles rares, de coups de cœur du producteur ou du distributeur au lieu de déployer la grosse artillerie en appui de films au succès assuré. Heureusement, nous, spectateurs, détenons toujours une arme fatale : le bouche à oreille, amplifié sur les réseaux sociaux. Ce pourrait être une résolution en 2015 : exprimer largement  son  enthousiasme après une projection emballante et surprenante.

    Je vous livre mon quintet de l’année à brûle-pourpoint

     

    Sils Maria                              Coming Home                              Night Call    

     

                                      Le Chant de la Mer                                        Marie Heurtin

     

     

    Et une comédie?  D’ac ! J'en ai une sur le feu.   Barbecue

     

     

     Et un bon belge !  Pas son genre      “Pas son genre” trois fois nommé aux prix Lumières         


    Prochain article : des échos de  l'atelier de cinéma-thérapie qui se tient demain vendredi. Une grande première. Je suis prêt et impatient.  

     


     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :