• La vie forcée et ment

     

     

     

     

     Only You

    Premier long-métrage d'une nouvelle réalisatrice (comme son prénom ne l'indique pas) quinze ans après deux courts.

    Le couple, un sujet rabâché jusqu'à la corde et pourtant, il y a toujours à dire et à inventer. Surtout quand l'enfant tarde à venir. Combien de FIV avant de relâcher la pression du désir inassouvi de bébé à chérir, d'enfant à dorloter, d'adolescent à accompagner, de famille à fonder...

    Elena et Jake partage un taxi après un réveillon arrosé. Coup de foudre. Jake s'installe chez Elena, son fourbi tient dans une valise et un fauteuil en osier sur l'épaule. Elle ment sur son âge, elle fait jeune mais a neuf ans de plus que son amoureux. Qu'importe, la rassure Jake, après avoir appris par paliers l'âge vénéré de sa belle.

    Et si on avait un enfant, propose le cadet, six mois après leur longue rencontre... C'est pas un peu vite ça?

     

     

                                                  

    Only You (sortie indéterminée en France) apparaît d'abord comme une romance conventionnelle puis bifurque sur les affres de la procréation artificielle. Nous saurons tout de la fécondation in vitro, sur ses phases décrites minutieusement. Ce processus lourd et frustrant soumet le sentiment amoureux à rude épreuve. Le doute pointe, la confiance en soi s'étiole, l'obsession de résultat mine le quotidien.

    Celles et ceux qui ont vécu pareil chemin forcé vers la grossesse apprécieront la véracité d'un éprouvant parcours. Les acteurs sont excellents, la bande originale est agréable, le ton pas mélo. Le spectateur moins concerné s'interrogera sur l'acharnement à mettre un enfant au monde, au lieu de laisser la nature suivre son cours. Il faudrait sonder l'histoire des deux  partenaires pour cerner cette envie forcenée de progéniture. Nous en saurons très peu.

    On sort de la projection un peu creux, conscients qu'un couple connaît des hauts et des bas, des coups durs et des coups doux, rien de neuf pour un vieil amour comme le nôtre, couronné de deux magnifiques enfants et d'une kyrielle de petits-enfants. Aucun n'a eu de difficulté à donner la vie. Quel bonheur, quelles belles heures!


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :