• La vie est nulle sans Bulle

     

     

    Il y a des vies qui laissent rêveur. Je sais que les acteurs ont souvent des existences extravagantes mais l'odyssée de Bulle Ogier m’a soufflé.

    Affiche Bulle Ogier

    Elle a pris du LSD avec Jimmy Hendrix,

    a perdu sa grande amie Marguerite Duras, parce qu’elle avait osé contredire l’écrivain,

    a encaissé le deuil prématuré de sa fille Pascale, l'égérie de Rohmer

    a tourné un film de douze heures avec Jacques Rivette, dans l’angoisse totale,

    vit depuis un demi-siècle avec Barbet Schroeder (fondateur des Films du Losange), dans le même appartement, aux antipodes l’un de l’autre,

    a  joué des journées durant au ping-pong avec le roi du Népal en sirotant du champagne,

    a failli mourir en scène alors qu’elle était tétanisée après un monologue de deux heures ; le décor l’aurait aplati si un accessoiriste amoureux d’elle ne l’avait sortie des planches...

    Pour une fois, le personnage incarné avait profondément marqué son interprète. Un soir, Bulle est restée immobile, à écouter les mots résonner en elle, étrangère au monde qui l’entourait.

                                                        La Salamandre : Photo

    … J’étais dans la folie de cette femme qui parle sans jamais rencontrer personne et provoque des catastrophes avec les meilleurs intentions du monde. En neuf étapes qui sont autant de soliloques jusqu’à l’hôpital psychiatrique, j’ai le sentiment d’avoir tout à fait compris Lotte par sa solitude et sa manière d’avaler toute la pharmacopée…… Avec elle, j’étais en apnée…

    Bulle Ogier raconte des fragments de sa vie d’actrice de cinéma et de théâtre dans J'ai oublié. Elle a endossé le costume d’actrice dénuée d’ambition.

    Je n’ai jamais pensé que j’avais le profil pour être actrice. Je ne sais rien faire d’autre que jouer, et pourtant,  si je ne joue pas, ça ne me dérange pas… J’ai préféré être une actrice de cinémathèque, plutôt que de la grande distribution et être filmée par des gens qui ont un regard.

                                                                            Maîtresse (1976)      

    Rivette donc et aussi Tanner, Schroeter, Fassbinder, Bunnel, Duras, de Oliveira. Des films de festival. Deux deux grands succès : La salamandre (1971) et Vénus Beauté (Institut)(1999). Adepte du grand écart, elle accepte parfois un rôle sulfureux, en dominatrice de club masochiste, devant la caméra de son homme..

    La plupart du temps, «on creuse ce qu’on ignore être.» Entre les tournages, parfois nombreux - dix en en deux ans- cette inclassable pratique l’oisiveté avec assiduité, toujours disposée à l’aventure. Elle le connaît depuis quinze jours, se sont vus une fois., Barbet Schroeder lui propose de l’accompagner dans la jungle de Bornéo, pour le repérage de son célèbre La vallée, ode à la génération hippie

    - Vous venez avec moi ? Je compte jusqu’à trois.

    Sa future compagne ne fait ni une, ni deux, elle laisse tout en plan.

                                                                  

     

     

    J’ai lu les souvenirs sélectifs d’une vieille dame de quatre-vingts ans comme un roman d’aventures, écrit d’un plume optimiste, alerte et discrètement nostalgique. J’ai oublié fourmille d’anecdotes savoureuses, dévoile avec un humour tendre les coulisses du cinéma d’auteur sur un demi-siècle. Bulle Ogier parle goulûment du métier qu’elle adore et cantonne à une place modeste. L’important, c’est la rencontre, l’inédit, la nouvelle vague, même si la nouvelle vague, «c’est le vague absolu», disait Duras. L’octogénaire vagabonde aux détours de mémoires endiablées. Elle confirme que la confection d’un film relève beaucoup du hasard et de la haute voltige.

    Si j’avais su être aussi insouciant et inconscient, j’aurais été un artiste.

     

     

                       

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :