• La vie de gré à gré

     

     

     

    Les salles sont en berne. Le cinéma dort quelque part. La lecture supplante l'image.

    Je reste à l'affût d'un film à tirant. Doubles vies m'attire. Sortie mercredi.

    Plaisir d'amour entendu ce matin colle à l'oreille.

    Guillaume Tranchemontagne tire un trait sur sa vie d'avant.

    Il décide de rendre service et vit Les émois d'un marchand de café (Yves Beauchemin, Éditions de Fallois).

     

    Le travail de deuil consiste à reconstruire une autre présence physique ailleurs et autrement...  Le deuil est terminé une fois qu'on possède une image intérieure du mort (Les morts de notre vie, p152).

     

    Le deuil, en tant que réaction globale réclame des changements qui imposent à l'individu un questionnement sur la conception de la vie ainsi qu'une remise en question des repères lui ayant servi de guide jusqu'alors (La thérapie interpersonnelle, p.116).

     

     C'est la vie s'impose à moi. Je ressors cette lumineuse rencontre de ma cinémathèque. Revivre de belles émotions.

     

                                                                  C'est La Vie : Affiche Jacques Dutronc

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :