• L'esprit ailleurs

    Je suis sorti une demi-heure avant la fin du dernier Cronenberg, Maps to the stars  J’aurais bien quitté plus tôt, mais mon côté voyeur a retardé l’échéance. Les histoires de famille tordues ont toujours un côté captivant et j’avais envie de voir comment la jeune fille bien sous tous rapports allait régler le compte de ses parents incestueux et de sa patronne égocentrique. Mais les personnages étaient tellement veules, cyniques, cruels et narcissiques que je n’ai pas tenu le coup. Tant pis pour la peinture au vitriol d’Hollywood, l’interprétation impeccable des acteurs et la patte intacte du réalisateur septuagénaire.

    J’attends du cinéma qu’il me nourrisse sur les plans émotionnel et intellectuel, j’étais loin du compte. En fait, je n’ai pas envie, ni besoin de cinéma actuellement. Je suis plongé dans l’affinage de mon livre, Le cinéma, une douce thérapie, dont la mouture améliorée sera remise en septembre à l’éditeur. J’ai la tête dans les mots et les idées, je n’étais pas disposé à scruter la carte des stars, même ponctuée à répétition de Liberté chère à Eluard.

    J’aurai certainement retrouvé mes esprits cinéphiles pour savourer Le conte de la princesse Kaguya  dont on dit monts et merveilles (sortie le 13 août en Belgique). Je serai encore plus frais et dispos pour la 29ème édition du Festival International du Film Francophone de Namur (Belgique) du 3 au 10 octobre 2014. Le FIFF  a dévoilé le nom du film qui fera l’ouverture. Il s’agit de Tokyo fiancée, troisième film de Stefan Liberski, adapté d’un roman d’Amélie Nothomb.

     

    Pauline Etienne est la fiancée de Tokyo

     

     Voilà qui clôt ma modeste contribution du jour, dans l’attente de jours plus inspirés.

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :