• Inspirations

    Je suis loin des salles obscures. Je me fais mon cinéma chez moi. Rares ont été dans ma vie, les périodes sans projection publique. J’ai eu une longue phase de disette lorsque j’ai été libraire. Cinq années palpitantes, prenantes et éreintantes qui ont répudié le cinéma au rang des passe-temps superflus. Le septième art ne serait-il qu’un bouche-trou ?


    Non, mais il sait s’effacer si l’esprit et le corps sont totalement engagés. Rouvrir une librairie à 42 ans, après 20 années de salariat, était un sacré défi. L’enjeu a accaparé toutes mes pensées. Le cinéma a repris sa place dès la cession de Point-Virgule en m’adressant un message subliminal sur mon identité flottante. 

         

                                                                 (cfr Vanilla Sky)


    Et donc pour le moment, un cou coincé et une programmation atone en salles me pousse à sonder ma Cinémoithèque. La double vie de Véronique m’a hypnotisé comme la première fois (1991).

      

                                                              

     

     

    La partition liturgique de Zbigniew Preisner,sublime le mystère de deux destins jumelés. Weronika vibre très élevée dans un solo la portant au-delà d’elle-même, habitée par la beauté pure d’un chant surnaturel. Son extrême sensibilité la fragilise mais elle n’en n’a cure. Elle monte, monte, si haut, si haut.


    Cette séquence me rappelle instantanément Nicolas, devenu ténor sur le tard, après un changement de vie. « Certains opéras dont les thèmes s’appuient sur des blessures intérieures le mettent dans un état de malaise insurmontable. » Il lui arrive de défaillir sur scène, raconte Florence Lautréadou, dans son livre « Cet élan qui change nos vies, l’inspiration». Elle narre huit histoires de vie inspirantes pour ceux qui hésitent à épouser leur véritable vocation. Jadis timide et fragile, Nicolas est aujourd’hui chanteur ténor, écrivain et technicien forestier.


    Florence Lautréadou compare le surgissement de l’inspiration à celui de la grâce. Elle décrit les conditions et les états propices à l’inspiration (disponibilité, connaissance de soi, ouverture à l’inédit, rêveries, intuition…).
    Un élément me parle fort : la synchronicité. Parfois, des signes nous titillent, porteurs de messages. Selon notre disposition au changement, nous les interprétons ou nous les ignorons. Ces synchronicités, «occurrences simultanées de deux éléments sans lien causal, qui prennent tout leur sens pour l’observateur,» renforcent aussi une conviction ou rassurent.


    Deux exemples récents.


    Juste avant de donner une interview importante, j’entends deux de mes morceaux fétiches à la radio. Je sais illico que l’entretien se passera bien. Effectivement.
    Je fais une fixette inexplicable sur Patrick Modiano que j’ai découvert quand j'étais libraire.Patrick Modiano. Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier Cet être énigmatique en retrait de la vie mondaine m'intrigue.

    Un recueil Quarto de ses oeuvres me tente. J’hésite. J’achète le magazine Lire qui lui consacre un dossier. Je commence à feuilleter la revue dans la voiture, j’allume la radio et j’entends une émission consacrée à Modiano. Je sais désormais que nos histoires de famille présentent des similarités._

    Plus ancien, le soir de la rencontre avec mon épouse, en 1975, je la raccompagne chez elle et le compteur kilométrique affiche 6 zéros au dernier tour de roue devant sa porte. Synchronicité pour un départ à deux. Le voyage est toujours en long cours.

    L’hiver approche doucement.

    Et si ce temps d’hibernation

                                             était l’occasion de cueillir les signes d’un renouveau, d’une renaissance.

     

     


  • Commentaires

    1
    Paul
    Mardi 25 Novembre 2014 à 16:17

    cf : la pensée magique...

     

    Paul

    2
    Mercredi 26 Novembre 2014 à 09:12

    Oui, encore que la pensée magique est  propre à l'enfance. Adulte, c'est considéré comme un trouble ou un signe d'immaturité. N'importe quoi! J'aime penser que le penser est magique.

    Sur les synchronicités (phénomène physique), lire "Les hasards nécessaires", de Jean-François Vézina, très actuel.  Plus ancien et touffu,  Jung dans les années 50 (cfr scarabée s'invitant dans une thérapie.) Je te passerai Vézina à l'occasion.

    3
    Xavier
    Mercredi 17 Décembre 2014 à 09:29

    Intrigant, André a parlé de synchronicité ce weekend, un tout petit peu... Ce livre de Vézina est excellent!

    4
    Jeudi 18 Décembre 2014 à 06:39

    Salut Xavier. Il a aussi écrit  "Se réaliser dans un monde d'images.", tout aussi intéressant.

    5
    Jeudi 18 Décembre 2014 à 06:42

    Bis. je sais maintenant pourquoi la photo de Modiano vue dans Le Monde m'a appelée.

    A l'occasion, je te raconte. Tiens, non. Je vais écrire à ce sujet (et d'autres) aujourd'hui.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :