• Identités, en avant schuss !

     

     

               «Un Algérien sur des skis, c’est mille fois qu’un suédois.»

     

                                          Good Luck Algeria : Affiche  (30 mars en France, 13 avril en Belgique)


    Humour, lumière et esprit de famille inondent Good Luck Algeria, une histoire trop belle pour être vraie. Et pourtant, un Algérien a bien tenté de se qualifier aux Jeux olympiques d’hiver en 2006. Farid Bentoumi raconte l’épopée incroyable de son frère patron au bord de la faillite. Samir fabrique des skis 100% français dans la région de Grenoble. Il est associé depuis cinq ans avec son pote Stéphane, ancien champion reconverti. La petite entreprise artisanale travaille à l’ancienne, son savoir-faire est indéniable, mais les ventes patinent. La faillite pointe.


    Un as des pistes suédois leur fait faux bond juste avant les Jeux olympiques. La marque perd son seul véhicule de notoriété. Stéphane a alors l’idée complètement folle d’entraîner Samir à quarante-trois ans en vue de le qualifier aux JO sous le drapeau natal

    du père : l’Algérie.  GOOD LUCK ALGERIA (Extrait du Film) - YouTube
    Malgré sa double nationalité, Samir est un français pur jus. Il est né en France, Il n’a plus été au bled depuis vingt ans, il ne parle pas arabe. Le voici brusquement confronté à une culture complètement étrangère dont le père, marié à une française, est le dépositaire enthousiaste.

    Kader est fier de son fils PDG et de sa fille avocate (moins). Il s’est battu toute sa vie non pour l’intégration, mais pour que ses enfants aient le choix. Kader a creusé la mine à Saint Etienne, percé le tunnel du Mont-Blanc. Il retourne régulièrement au pays où il possède une plantation d’oliviers. Ses frères récoltent pour lui, Kader étant trop occupé à jouer le grand-père Noël en décembre.
    Samir se découvre des oncles, une multitude de cousins, une société patriarcale et des conflits de propriété au cours d’un voyage express dans la campagne d’Alger. L'enfant du pays est accueilli à bras ouverts, la famille est fière de voir un des siens concourir aux Jeux. Toutefois, les discussions sont vives à propos de lopins en jachère. Chacun a ses raisons, le cœur est mis entre parenthèses.


    «Pour posséder une terre, tu dois la cultiver.» Samir refuse ces terres léguées par son père ; sa vie est en France, dans son entreprise, avec son épouse italienne et leur fille. Le père pose un dernier geste conciliateur dans la ligne de ses valeurs axées sur l’humain plus que sur les biens matériels.

    «Le fait que Samir fasse les JO sous la bannière algérienne pour sauver sa boîte qui fait des skis cent pour cent français est un pied de nez à tous les débats sur l’identité nationale, explique Farid Bentoumi.

    Le réalisateur a bénéficié du soutien inconditionnel de son équipe qui avait envie que le film existe, encouragée par la visite régulière des parents des deux frères sur le tournage.

     Trailer du film Good Luck Algeria - Good Luck Algeria Bande-annonce VF ...  

     Sami Bouajila ressemble physiquement au vrai Nourredine Bentoumi, grenoblois comme lui.

    L'acteur, d'origine tunisienne déploie une énergie phénoménale sur les skis, glissant sur la neige dans un silence impressionnant, grisé par une nature grandiose. La directrice photo, Isabelle Dumas éclaire joyeusement un conte de faits vraiment emballant en cette période de repli communautaire.

     

     

    J’aurais dû vous parler de Divergente 3 ( sortie le 9 mars, le 18 mars aux États-Unis)

    mais j’ai accepté un embargo jusqu’au 6 mars, onze heures. Les gros producteurs américains endiguent ainsi les critiques préalables à la sortie du film, susceptibles d’enrayer une machine à sous toujours inédite aux Etats-Unis. J’ai signé dans la cohue précédant la projection un document rédigé en anglais, passeport pour une expérience personnelle : prendre cette franchise adulescente au vol, n’ayant pas vu les deux premiers épisodes. Mon intention n’était pas de parler du film en lui-même, je voulais plutôt comparer les essences des Jeux de la faim, du Labyrinthe et de la Divergente, tous trois tirés de romans au succès planétaire.
    Vœu pieux, j'avais trop envie de communiquer ma joie après Good Luck Algeria.

    C’est signé, c’est tu. Je suis sport : bonne chance à Tris. Et promis, j’évoquerai prochainement les adolescentes héroïnes de cinéma, fictives ou réelles.

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :