• Hier et aujourd'hui

     

     

     

     

                                                                Les Films du Jeudi | Catalogue : "Dénonciation (La ...

      

                                                               Dans la série « vieux films bien conservés", j’ai vu La dénonciation. Ce film de 1961 revient sur TV5 Monde mardi 20 à 14h06 et lundi 26 à 22h58. C’est le troisième long-métrage de Jacques Doniol-Valcroze, par ailleurs cofondateur des Cahiers du cinéma en 1951 (bon 70ème anniversaire). Il met souvent sa femme en scène à ses débuts, multipliant les plans appuyés et superflus sur la belle Françoise Brion, toujours de ce monde (88 ans), mais qui n’a plus tourné au cinéma depuis 2000. Elle a joué notamment l'épouse vacharde d’Alexandre le bienheureux en 1967.

     

    BRION Francoise           Elle donne la réplique au déjà célèbre jeune premier, Maurice Ronet, dans La dénonciation,                                                                  drame psychologique, faux polar et vraie réflexion sur la culpabilité et l’expiation. Un épisode honteux de la guerre hante le présent de Michel Jussieu, témoin d’un meurtre qu’il se refuse à dénoncer. Il met sa vie en jeu, sur un ton badin, comme si rien n’avait d’importance, sinon se libérer d’un passé que son entourage le pousse à oublier. Le montage alterné, l’interprétation naturelle, les dialogues enlevés signent les jalons de la nouvelle vague, portée aux nues dans Les cahiers. Du bel ouvrage en noir et blanc soigné sous tous les angles.

    Il y eut une deuxième dénonciation en 2010, jamais sorti en Europe. Le seul film de la réalisatrice canadienne Rayisa Kondracki a changé de titre, de Whistleblower (lanceur d’alerte) à La dénonciation pour finir Seule contre tous. C’est l’histoire vraie d’une policière du Nebraska envoyée en Bosnie-Herzégovine en mission de paix après la guerre de 1999. Personne ne la croit quand elle découvre un réseau de traite des femmes sous haute protection occulte. Ses supérieurs la renvoient aux États-Unis, espérant la réduire au silence.

     

                             Seule contre tous

    Peine perdue, Kathryn témoignera lors d’un procès à l’ONU. La jeune cinéaste a réuni une distribution hors pair pour la cause, Vanessa Redgrave et Monica Bellucci en tête.

     

    Official Secrets

                                                                            De fil en aiguille, et probablement par ressemblance physique entre les deux actrices, Rachel Weisz et Keira Knightley, Official Papers s’impose. Encore une lanceuse d’alerte, encore un film non distribué en France et une autre Katharine réelle, traductrice de chinois épiant les conversations de diplomates sur injonction américaine aux services secrets amis. Mrs Gun fera de la prison, ira au procès, sera acquittée. Le cinéma a rendu hommage à ces femmes de tête, dommage que la diffusion de ces deux excellents films ait été confidentielle. Les services de vidéo à la demande des grands opérateurs de télé en ligne proposent certains de ces mal-aimés des distributeurs à la rubrique « nouveautés » au prix réduit d’une séance en salle (de 6 à 8 euros).

    Ces mêmes distributeurs scrutent l’horizon avec appréhension. Il y aura six mois à la fin avril que les salles sont vides. Quels films auront la chance de sortir, sachant que le coût moyen d’une sortie s’élève à 445.000 euros. Entre 400 et 450 films attendent, faites le compte. Précisons aussi que les films à petits budgets coûtent proportionnellement plus cher à lancer ; le risque est grand d’en prendre le moins possible (de risques et de films). 

     

                                                  

    Néanmoins, quatre distributeurs français sont optimistes dans la dernière livraison de Positif. Ils ont confié leurs craintes et leurs espoirs au cours d’un échange à bâtons rompus sur la façon dont ils traversent une année chaotique (100 jours d’ouverture de cinémas) et sur les perspectives à court terme.

     

                                    " Dès que l’offre sera là, ça va redémarrer ", tel un mantra à répéter jusqu’à satiété.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :