• Garder le tempo

    Je n’aurai pas l’occasion d’écrire dans les trois prochains jours. Ouille, ça va faire long entre deux publications, maintenant que j’ai des lecteurs réguliers. Je n’ai aucune expérience de l’écriture en continu sur Internet. Je sais juste qu’un blog reflète l’humeur du moment et ne se soucie pas trop du style. Et puis, Cinémoithèque a cette vocation particulière de tourner autour de mon livre à paraitre en février 2015 (voir billet Bienvenue du 26 juin).

    N’empêche. La question est bien là : quelle cadence de publication adopter pour fidéliser ou capter le public mouvant et sollicité de la blogosphère ? Cela me plaît beaucoup d’écrire ce qui me passe (à peu près dans la tête) après un film, une rencontre, une lecture, après rien… comme aujourd’hui. Mais je ne veux pas devenir « accro », écrire pour ne rien dire.

    Nicole Versailles, blogueuse talentueuse et persévérante, ouvre sa fenêtre sur le Web depuis dix ans. Elle parle de son expérience dans un livre intemporel « Tout d’un blog », paru en 2008, chez Couleur livres. Elle évoque son inquiétude à l’idée d’une trop longue absence entre deux publications.

    « Et me voilà confrontée une fois de plus à mes choix : ou bien écrire comme « ça » vient, pour me faire plaisir avant tout, comme je veux, ce que je veux, quand je veux. Me donner s’il le faut le droit de me taire durant un moment sans trop me soucier de ce que dira l’autre. Ou bien écrire… …pour ne pas perdre l’audience dont je serais presque capable de m’enorgueillir. »

    Nicole vient de surmonter un coup de mou, fatiguée après dix ans de présence ininterrompue sur le grand réseau. Des commentaires l’encourageant à poursuivre lui ont redonné de l’élan pour dix nouvelles années.

    Etrange

    Tiens, je n’ai pas encore parlé cinéma. Dériverais-je vers le blog, chronique intime… Nenni. Je concède néanmoins que la parution du jour m’a permis d'assommer une rumination obsédante. Ecrire à l’aurore encore sombre a apaisé mon inquiétude de blogueur débutant. Siri Hustvedt, a dit ces mots très beaux sur l’écriture :

     

    Ecrire représente une demande de contact et un espoir de compréhension.

     

    Cette écrivain me fait penser à Lillian Hellman, romancière et compagne de l’écrivain Dashiell Hammett (Dash) dans les années trente. 

                                                                             Julia (1977) Poster

    Le couple vit sur la côte Est des Etats-Unis, dans une maisonnette face à l’océan. Un endroit de rêve. Lilly souffre mille morts à composer sa première pièce de théâtre. Elle fume, boit, malmène sa machine à écrire. Lilly a besoin d’être rassurée sur son talent. « Dash », son premier lecteur, la titille : « ce n’est pas mauvais, ce n’est juste pas assez bon pour quelqu’un comme toi.» Ces mots prononcés par l’être aimé, censeur impitoyable, encourage Lilly à se surpasser et à vaincre son anxiété.

    J’ai tout de même parlé d’un film. La séquence ci-dessus est extraite de Julia, de Fred Zinneman, qui m’a ébloui à mes vingt ans. Une merveille, hélas retiré de la vente en DVD.

    Mais la question de la fréquence de parution demeure. Habitués ( il y en a , je sais) et lecteurs itinérants de ce blog balbutiant , me ferez-vous l’honneur et le plaisir de laisser un commentaire sur le tempo idéal d’un blogueur cinéphile.

     

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 29 Août 2014 à 10:45

    ma petite expérience dans le domaine du blog, c'est que bloguer sur le long terme (et dix ans, c'est très long, dans ce monde où tout doit aller vite!) demande une grande motivation, et une tout aussi grande persévérance

    Alors pour toi, tout dépend de ce que tu veux faire. Accompagner la prochaine parution de ton livre? 

    Dans ce cas, au printemps prochain il se peut que ce blog se termine simplement!

    Si c'est écrire qui te plait, de cinéma mais aussi d'autres sujets que tu auras envie de traiter, au fil du temps, alors tu risques de te prendre au jeu du blog, qui est un jeu passionnant! (pas pour rien que je tiens les coup depuis dix ans!)

    Bonne chance quelle que soit ton option (elle se précisera sans doute au fil des prochaines semaines)

    Bien à toi

    Nicole V.

    2
    Lundi 1er Septembre 2014 à 10:28

    Merci Nicole.

    Le temps nous dira quelle option j'aurai privilégiée. Je n'ose imaginer comment je serai dans dix ans...sarcastic

    Patrice

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :