• Forza Italia

     

     

     

    Nuits magiques : Affiche

    Verbeux et trop long, Nuits magiques mérite néanmoins l’indulgence. Pour son charme suranné, mélange d’hommage aux années fastes du cinéma italien et d’insouciance juvénile. Trois aspirants scénaristes se souviendront longtemps de folles virées romaines à la recherche de la consécration parmi les vieilles gloires de Cinecittà.                                    

    Il n’y a plus d’argent pour le cinéma d’auteur mais on continue d’y croire entre deux scénarios de séries télé écrits à la chaîne. L’envie de faire rêver est toujours vive alors que la situation sociale se dégrade. Mais qui voudrait financer un film sur la misère du petit peuple? Alors en route pour la fête, la course aux illusions, les plans sur la comète. Qu’importe le flacon, pourvu qu’il y ait l’ivresse.

     

                                                       Nuits magiques : Photo

    L’anxieuse, l’érudit et le hâbleur forment un trio attachant, flottant sur leurs espoirs et leurs angoisses. La réalité les rattrape au tournant d’une nuit rythmée par la coupe du monde de football, l’Italie jouant pour la finale contre l’Argentine. L’angoisse du gardien du but au moment du penalty. Les tifosi retiennent leur souffle tandis que les trois amis s’essoufflent à courir derrière leurs chimères : tourner avec Fellini, séduire une star française ou gagner de l’argent en écrivant au kilomètre. Paolo Virzi, dont j'ai vu cinq films, rend ses personnages sympathiques.

    La verve du sud submerge la réserve du spectateur du nord, seul dans la salle. Une fin empreinte de nostalgie ralentit enfin le tempo effréné d’un récit, qui parfois soûle. Je quitte la salle sur une note attendrie en me disant que Nuits magiques aura du mal à trouver son public (sortie en France le 14 août prochain).


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :