• Faux bien

     

                   Il a failli me filer entre les yeux Un amour impossible. Une amie me dit n'avoir pas aimé (le film).

    Allons voir. Deux mois après sa sortie, nous sommes huit dans la salle en matinée (six femmes et deux hommes).

    "Il y a trois sortes d'amour :

    - l'amour conjugal auquel la majorité aspire, tranquille et confortable

    - l'amour passion qui dérange l'ordre social

    - la rencontre inévitable, celle en dehors de l'ordre social."                         

    Rachel vit une passion, Philippe s'émerveille d'une rencontre inévitable. Dissonance. Le phraseur n'est qu'un tonneau creux, pervers, imbu de sa caste. Philippe n'épouse personne, surtout pas une fille pauvre et mal instruite.

    Répétition de l'histoire familiale. L'homme a la bougeotte, la femme tient la barre au risque de sombrer. L'homme sous son plus mauvais jour, abject et égoïste. Rachel élève seule sa fille. Opiniâtre, elle tanne Philippe lors de ses rarissimes visites afin qu'il reconnaisse sa fille, qu'elle porte enfin son nom et non plus la mention "née de père inconnu."

                             Un Amour impossible : Photo Virginie Efira

    Je suis happé par la désespérance d'un drame horrible que je sais véridique, décortiqué dans un roman autobiographique  et maintenant dans un film de femmes (écriture, caméra, réalisation). Le père subjugue la fille comme il a ébloui la mère. Jusqu'à profaner l'interdit. Deux vies saccagées, incompréhension entre la mère et fille.

     

                                                  On a autant besoin d'attachement que de nourriture.

    Quand le sujet a le sentiment que sa figure d'attachement (famille, amis, partenaires amoureux) est disponible et susceptible de répondre à ses besoins, le sentiment de sa sécurité d'attachement s'en trouve renforcé, facilitant ainsi l'usage de stratégies de régulation émotionnelle constructives qui ont pour objectif de supprimer le stress lié à la menace.

    À l'inverse, la perception de l'indisponibilité de la figure d'attachement conduit à un sentiment d'insécurité, ce qui aggrave la détresse suscitée par l'évaluation d'une situation de menace. Cet état provoque chez le sujet des tentatives itératives et énergiques pour atteindre la proximité, le soutien et l'amour de la personne visée (La thérapie interpersonnelle, Hassan Rahioui, p.27).

     

                                    La révélation de Virginie Efira plausible à tous les âges de la vie de Rachel.

                                                  Un Amour impossible : Photo Virginie Efira

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :