• Émouvantes racines

     

    Annie Ernaux est fille de petits commerçants. Poussée par sa mère, elle sort de sa condition, fait des études de lettres, devient écrivain.

    Photos de Annie Ernaux - Babelio.com

                                                                        «Cette accession au savoir s’accompagne d’une séparation

                                                     «Je crois que j’ai toujours été entre deux et que cela a commencé tôt.» (Le vrai lieu, Folio 6449).

    Dès la fin de l’adolescence, Daniel Farid Hamidou délaisse Armentières pour Paris, cité mystérieuse où il devient le célèbre Dany Boon après des années de galère.

    Annie et Dany conservent l’empreinte du milieu et de la famille originels. L’écrivain se souvient dans plusieurs livres autobiographiques, le comique place deux fois ses «Chtis» en haut de l’affiche.

    Le prix Renaudot de 1984 (La place) parle d’immersion à propos de l’écriture. La mémoire est primordiale, une mémoire charnelle, une mémoire entièrement sensible.

    «J’ai besoin pour capter le réel, que les mots soient vraiment comme des choses, des objets

    Le César du public 2018 (Raid dingue, 4,5 millions d’entrée) a choisi l’humour, de moquer avec tendresse ses racines populaires. Il garde la peur de manquer, car au fond, les riches ne sont que des pauvres avec de l’argent, confie-t-il à un journaliste du Nouvel observateur, en raclant la dernière graine de taboulé sur le trajet en TGV qui le mène au Mans pour la sortie de La ch'tite famille (28 février).

                                                                 La Ch’tite famille en avant-première au Les Andelys - NOE ...

    Dix ans déjà que vingt millions de Français plébiscitaient un des plus gros succès du cinéma hexagonal, une comédie terroir à la gloire des Hauts de France - le Nord- ainsi renommé après la réforme territoriale de 2014. J’étais très curieux de voir si Dany Boon allait renouveler la veine nordiste ou la saigner à blanc.

    J’ai moins ri (une amie a ri aux éclats tout au long du film, elle avait besoin de détente, elle a donc été très réceptive au moindre velléité comique), j’ai trouvé l’introduction longuette, mais au total, j’étais plus ému qu’il y a dix ans. Cette fois, c’est le Nord qui monte dans la capitale, en l’occurrence, mère, frère, belle-sœur et nièce de Dominique D., designer en vogue, orphelin très tôt, pleure-t-il dans Paris Match. Dominique a rayé son passé de la carte huppée d’un Paris snob et superficiel. Une malencontreuse collision  le rend amnésique. Sa mémoire reste bloquée à l’adolescence, lorsqu’il roulait à mobylette, son bien le plus cher. Il a oublié qui il était devenu pour redevenir l’enfant des corons, au parler  incompréhensible.

                                                         Photo de Laurence Arné - La Ch’tite famille : Photo Dany ...

    La confrontation des deux univers donne des séquences très drôles, trop rares à mon goût. Qu’importe, l’essentiel est ailleurs, dans le souci de perpétuer le lien avec le pays natal, l’univers de l’enfance, enchanté de repas de familles, de foires et de franche rigolade. Dany n’oublie rien, égratigne  gentiment son petit monde et prend clairement parti. Mon épouse trouve qu’il joue vraiment bien, particulièrement quand il recouvre la mémoire et comprend qu’il a trahi les siens. Même s’il vit aux États-Unis depuis cinq ans, (qu’il pourrait quitter à cause de Trump), le fils d’un père kabyle et d’une mère ch’ti cultive toujours ses origines modestes. Sa réussite laisse des séquelles qu’il éclaircit avec un psy et sublime dans Radin ! et Supercondriaque.   

    Un auteur, qu’il soit écrivain ou cinéaste, transplante souvent sa vie dans son œuvre. L’humoriste souscrirait certainement à ces mots s’il lisait Le vrai lieu à la page 83 :

    «Il y a dans le vécu quelque chose d’immense, qui demande à être questionné sans cesse. On peut vivre pour vivre, en voulant, en tâchant d’être heureux. Mais il y a des gens pour qui ce qu’ils vivent, ou ce qu’ils ont vécu, ce qu’ils voient, ce qu’ils entendent, reste toujours une question. Rien ne va de soi. Et il faut essayer de comprendre, de connaître ce qui, en somme, vous est donné par l’expérience.»

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :