• Double fond

     

    « J’aime bien ce qui n’apparaît pas à première vue.»

    Chris mène une double vie. Il vient de tirer Dana des griffes de vilains tueurs. Il emmène la frêle comptable d’une grande société dans un luxueux hôtel.  

    - C’est au-dessus de mes moyens, dit Dana.

    - Je sais, répond Chris, c’est moi qui invite. Dans les hôtels bon marché, les essuies sont trop rêches.

                        (Mr Wolff, alias The Accountant, le 2 novembre)

    Chris prononce ces mots en regardant droit devant lui. Il répugne à croiser le regard des autres, il souffre de troubles du spectre autistique et présente les symptômes classiques de cette affection neurologique :  inaptitude sociale, blocage émotionnel, incapacité de comprendre à double sens. Voilà pour le jargon psychopathologique. Dit simplement, Chris est différent comme l'était Nathan dans sa bulle jusqu'à rencontrer son âme soeur.

    Un psychiatre original propose un programme éducatif  intégrant cette différence plutôt qu’un traitement médical.                                                        

    - Chris possède des aptitudes remarquables. Il connaît l’étendue de ses capacités mais ne sait pas comment nous le dire. Nous pouvons lui donner les outils pour vivre pleinement.

    L’approche est basée sur l’observation des comportements et leur décodage. On voit Chris enfant sur le point de terminer un immense puzzle piquer une colère noire. Il se calme instantanément lorsqu’un de ses camarades autistes lui tend la pièce manquante en souriant.

                    Le père refuse. Il préfère une éducation d’airain fondée sur la canalisation de l’agressivité.

                                                        Mr Wolff : Photo Ben Affleck

    - Le monde n’est pas bienveillant envers ceux qui sont différents, autant savoir vous défendre.

    Chris et son frère cadet endurent un entraînement qui les marque dans leur chair et leur esprit. Chris révèle son passé à petites doses à mesure que la confiance grandit au contact de Dana.

    Classé dans le genre action violente, Mr Wolff  joue sur l’ambigüité  de son héros. Chris a deux casquettes, expert comptable le jour, exécuteur de basses œuvres la nuit. Il touche ses honoraires en liquide et en toiles de maître, de Jackson Pollock notamment. Une toile du peintre alcooliquea accroché une au plafond qu’il contemple couché dans son mobile home, sa résidence itinérante.

                                                                                1000+ images about JACKSON POLLOCK on Pinterest | Jackson Pollock ...

    Bien sûr, ça flingue lourd, mais ce serait dommage de réduire le propos aux scènes d'action. Le film comporte plusieurs couches à l’image des chefs d’œuvre masqués sous une croûte d'amateur. Un Asperger comptable, tueur et philanthrope, il fallait oser (Ben Affleck assure de bout en bout). Le culot paye si on relie les séquences éparses illustrant la particularité des surdoués, leurs difficultés d’adaptation et leur grande sensibilité. Vu sous cet angle, Mr Wolff tranche sur la production courante des films de castagne. La fiction réussit ici à nous familiariser avec la réalité d’un trouble qui touche une personne sur soixante-huit dans le monde.

    Je suis content de m’être décidé à fréquenter ce génie des maths . Je garde en mémoire la séquence où Chris dépiaute dix ans de comptabilité en se répandant sur les parois en verre du local mis à sa disposition. Outre l’aspect documentaire habilement dilué dans l’action, j’ai pris plaisir à être captivé durant cent trente minutes grâce à un scénario bien ficelé et des rebondissements intelligents.

    Mr Wolff : Photo Anna Kendrick, Ben Affleck Une bonne surprise !

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :