• Chinoiseries

     

    Pluie battante sous les piliers du viaduc, fracas du train à grande vitesse au-dessus des têtes.

    Un homme et une femme tournent sur eux-mêmes. Peut-il lui faire confiance ?

    Policiers et truands devant une carte murale. Répartition des agents aux trousses des voleurs distribués dans les mêmes quartiers. Les femmes règlent une chasse à l’homme désespéré.

                                                                

    Sacs d’ordures lancé dans une benne dans la cour d’un immeuble délabré. Baraques près d’une fête foraine, scooters alignés.

    Ombres chinoises du couple éphémère. Lucioles dans la nuit, phares de voitures évanescents, baskets phosphorescentes. Les pensionnaires ébahis d’un zoo au milieu d’une fusillade. Succion des pâtes dans une bouche affamée.

    Le Lac aux oies sauvages : Photo

    J'ai côtoyé la Chine marginale, les voyous sans foi ni loi, la femme seule au sort incertain, le bandit chevaleresque sur le tard.

    Le lac aux oies sauvages est un terrain de dix hectares hors-la-loi. Les baigneuses flânent sous des chapeaux de soleil à larges bords. Mais cette lumière douce a un prix.

    DiaoYi'nan  confirme sa maîtrise de l’esthétique sombre, tachetée de rares touches de lumière, filaments d’espoirs improbables,

      

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :