• Belle année !

     

                                                                              Passage

     

    Pas sage d’ignorer en nous le frémissement de l’évolution.

    Pas d’âge pour franchir le gué de nos espérances.

     

    Quitter le havre de nos croyances ancrées

    Se frayer un passage dans le tumulte du monde

    Larguer le poids mort du passé

    N’emporter que  le bagage léger des souvenirs heureux

     

    Avant de passer nouvellement le temps qui s’écoule,

    laisser couler en soi les eaux douces d’un ample mouvement

    au cours d’une escale librement choisie

     

    Endiguer l’agitation lancinante et naviguer enfin

    sur les flots apaisés de nos vagues intérieures.

     

    Le passage vers ces mers calmes est souvent étroit

    Les contorsions douloureuses pour changer d’être

    et le cap difficile à tenir pour cingler vers la sérénité

     

    Mais, qu’importe la densité du voyage ! La voie existe,

    à dépasser nos peurs, nos doutes, nos retenues.

     

                  Passage, tu séduis, fascine, étourdis

                  Tu ne figes jamais, si cœur et esprit

                  désirent plus qu’une passade      

                                                                                Patrice Gilly, 2001-2014 alias Pili-Pili.                                                                                                  

     

      

                                                                                                                            Interior with Open Windows, 1928 reproduction procédé giclée                                                                    Dufy, Intérieur à la Fenêtre ouverte.   

      

    « Ainsi la lumière ne tombe pas tellement sur le visage ou d’autres parties du corps, elle se force résolument dans la couleur ».                                                                                            Christine Comyn 

     

             

                                                   


  • Commentaires

    1
    Paul
    Mercredi 31 Décembre 2014 à 09:52

    Belle évocation poétique de cette pérégrination hauturière qu'est notre vie où, entre vagues scélérates et "pot au noir",  il nous revient de régler la voilure vers une mer de la Tranquillité et, qui sait, même y décrocher la lune ! yes

    "Tiens bon la vague, tiens bon le vent

      Tiens bon le cap, tiens bon le flot

      Hisse et ho !..."        ( air connu...)

     

    2
    Mercredi 31 Décembre 2014 à 14:47

    Je reconnais bien là le marin au long cours, le vieux briscard des océans.

    Hardi, les gars, hissons haut 2015. Merci Capitaine  pour cette bordée de commentaire. 

    3
    Mercredi 31 Décembre 2014 à 23:24

    l'année 2015 sera belle pour toi Patrice, je n'en doute pas...

    je t'embrasse

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :