• Allegro, ma non troppo

     

     

     

    La fréquentation continue à stagner dans les salles françaises. En Belgique, c’est toujours la bouteille à encre, mais la rumeur est triste. Le cinéma tâtonne à la recherche de ses spectateurs perdus. Disney postpose à nouveau la sortie de Mulan (date indéterminée) déjà repoussée deux fois. À plus long terme, le deuxième épisode d’Avatar et le dixième de Star Wars sont décalés d’un an, respectivement en 2022 et 2023. Une éternité.

    Plus proche,Tenet, prévu en juillet est reporté sans date. Trop de salles sont fermées aux États-Unis et la Chine ne prend que des films d’une durée inférieure à deux heures. Or, les producteurs n’envisagent qu’une sortie mondiale.

    Mulan et Tenet défaillants, l’été perd deux grosses attractions. Le retour en salles devient un véritable casse-tête si les têtes d’affiche tombent les unes après les autres. Tant que le spectacle est moyen ou médiocre, personne n’a envie de surmonter l’inconfort des consignes sanitaires.

    Cette semaine, les distributeurs belges misent néanmoins sur cinq films. Action, drame, catastrophe, bouh, que c’est sombre. Et deux films pour ados et pré-ados. T'as pécho sort en France et en Belgique. Adorables a commencé modestement sa carrière la semaine dernière sur les écrans outre Quiévrain. Franchement, rien de motivant.

    Adorables : Affiche

    Il en faut davantage pour drainer le jeune public. Rendue à sa liberté de mouvement (à nouveau réduite dès aujourd’hui) la génération montante descend dans la rue avec circonspection. Le pédopsychiatre Mario Speranza, pointe l’absence de rites sociaux, très utiles pour structurer le fonctionnement des adolescents ». Plus d’école, pas de remise des diplômes, longues vacances avant les études supérieures, peu de jobs étudiant, suppression de stages de vacances, entraîne une perte de repères pouvant « favoriser l’émergence d’une certaine anxiété ». J’ajoute à cette liste la sortie cinéma, occasion de retrouvailles balisées : choix du film, vision collective, commentaires autour d’un verre.

    Ce flottement survient après une période où les adolescents ont assez bien traversé le confinement. Ils se sont bien pliés aux règles et à l’étonnement général, ils ont investi l’environnement familial. Ce qui n’a pas empêché quelques somatisations et des difficultés de sommeil. Les parents ont veillé au grain. L’accompagnement diminue maintenant que la liberté de mouvement se parent des couleurs estivales. Quelles barrières vont tenir ?

     

                                                 

    L’ancienne génération pointe du doigt ses cadets qui festoient en dépit du Covid. Difficile de respecter les distances en vacances après trois mois reclus. Anvers est contraint d’imposer un couvre-feu impopulaire mais nécessaire. Pourtant, les fêtes clandestines, les rassemblements autour de breuvages alcoolisés sur les quais citadins, ne brassent pas que les très jeunes. On aurait tort de stigmatiser un âge désireux de s’ébrouer.

    Dans Adorables une mère « psy » affronte sa fille de 14 ans subitement en crise après un océan de tranquillité. La guerre est déclarée. Rien de neuf sous le soleil, sauf pour les parents d’adolescents en mal d’identité. C’est l’occasion d’une sortie entre mère et fille, à prolonger d’un échange (cordial) de points de vue. Pourquoi ne pas continuer sur la lancée du rapprochement opéré sur le tas du confinement.

     

                                                   molecole andrea segre

    Bonne nouvelle en guise de conclusion : le festival de Venise de Venise aura lieu du 2 au 12 septembre. Une édition amincie, avec du public et des invités du cru.

                               Lacci, de Daniele Luchetti ouvrira la 77è Mostra. C’est la première fois en onze ans qu’un réalisateur italien lance le festival. Le public pourra voir également en pré-ouverture Molecole, tourné dans la Cité des Doges pendant le confinement. Cate Blanchett préside le jury. Une femme à l’honneur comme l’a été Jane Campion à Cannes en 1993, seule réalisatrice à avoir remporté la palme d’or. La Belgique ressort La leçon de piano primé cette année-là. Voici le célèbre thème principal,  de Michael Nyman.

     

                                              Chi va piano, va sano.     Si ?      No ?


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :