• Affinage

     

     

    Le cinéma que je fréquente et le Festival de Cannes ont annoncé leur sélection.

    Honneur au local, circuit court oblige. Je suis très content, mon chouchou de la reprise, Love Sarah est programmé dès le 9 juin. Personne n’en parle nulle part, le bouche à oreille suppléera allègrement l’indigence critique.

    Le Caméo Namur ouvrira ses portes tôt matin,le 9 juin à 9 heures. Ce sera désormais ainsi tous les mercredis. Autre nouveauté dans les treize salles des Grignoux, à Liège et Namur, un bracelet festival (forfait 25 euros), passeport pour voir à satiété tous les films à l’affiche du lundi au vendredi.

    Le journal de l'association reparaît. Il ne comporte aucune grille des séances. « C’est un choix assumé : l’agenda des sorties reste fragile, soumis à d’éventuels reports ou annulations. ». Le spectateur est donc renvoyé au site de l’association, la programmation sera disponible quinzaine par quinzaine jusqu’à la fin de l’été. Dix-huit films tourneront sur les deux premières semaines, dont six, jeune public.

     

                                                       263_vignette

    On sait maintenant que 160 films sont à caser en Belgique d’ici à la fin de l’année. C’est environ 30% de plus que d’habitude. La feuille de route d’un important distributeur a sa feuille de routé est calée  jusqu’à février 2021. Des films disponibles aujourd’hui  ne sortiront pas avant un an…

    On ira plus au ciné comme dans le temps, c’est sûr. Les grands complexes imposent le ticket électronique. Les salles art et essai conservent le guichet tout en recommandant l’achat en ligne. Je les remercie de garder un contact en chair et en os. Même derrière un plexiglas, le sourire de l’ouvreur ou de l’ouvreuse vaut son radiant de chaleur humaine. Le bref échange sur les films du jour (avant et après) demeure un plaisir inégalable.

     

    Villa Caprice                            Slalom             

    Le public du printemps de 2021 devra être proactif, soucieux de dénicher l’information sur des films moins médiatisés, à petits budgets, perles noyées dans l’océan des longs-métrages sur mesure de grosses recettes. J’en profite au passage pour signaler un titre oublié dans mon précédent article. La Villa Caprice mérite la visite à partir du 16 juin. La distribution est alléchante : Irène Jacob, Michel Bouquet (oui, il est toujours vivant), et le face à face Niels Arestrup /Patrick Bruel. Les rapports de pouvoirs se tendent dans le décor idyllique de la Côte d’Azur.

    La transition vers Cannes est idéale. Le festival aura lieu du 6 au 17 juillet. Je consacre toujours un article direct ou indirect rendez-vous de la Croisette. Cette année, la sélection brille de mille feux, couverts depuis deux ans. Tant pis pour Venise, Cannes is back. Avec 24 longs-métrages, 14 européens, dont 7 français. Trois anciennes Palme d’Or concourent ; trois Américains seulement ont été retenus, conséquence du poids croissant des plateformes et de l’offre réduite, ce qui n’empêche pas Spike Lee de présider le Jury. Les jurés seront connus le 10 juin.

                                          Spike Lee, président du jury de la 74e édition   Spike Lee

    L’affiche officielle est toujours dans les limbes. La chronologie  traditionnelle des jalons pré-cannois ( affiche, nom du patron du jury, sélection et composition du Jury) a été bousculée. Les organisateurs veulent certainement un poster marquant. Gilles Jacob, ancien directeur général du festival, explique : « au fil du temps l’affiche du Festival n’a pas été inspirée par une pensée cohérente, mais par des modes, des ruptures, une envi de changer après une série, de s’ouvrir à d’autres horizons. »  (Dictionnaire amoureux du Festival de Cannes, vient de paraître en poche). D’ici à juillet, vous pouvez toujours voir les films labellisés Cannes 2020

    Je termine sur ma sélection personnelle (affinée) , en précisant que j’éviterai les premières files. Mais promis, la prochaine fois, je vous parle de ma toile de réamorçage.

     

     

               Afficher l'affiche en grand format             Nomadland - Affiche        Le Discours

     

                     Promising Young Woman                          Des hommes

    Love Sarah, Nomadland, Villa Caprice, Des hommes, Slalom, Présidents,

    et au second rang Le discours (23/06, Ah, la famille !!!), Promising Young Woman ( Ah, les mecs ?!? 23/06).

    Le grand huit sur trois semaines, vertige assuré.

     

     P.S Les cahiers du cinéma consacre 35 pages à la critique de films en salles. Pratique


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :