• À votre service

     

     

                                                        Le cinéma Filmweb Drive-In en Norvège fonctionne bien en temps de Coronavirus

     

    Le cinéma revit en extérieur. Un drive-in proche d'Oslo a drainé dix mille spectateurs en une semaine. Les vingt-huit projections ont eu lieu à guichets fermés. Le public réservait en ligne, prenait sa voiture avec maximum cinq personnes à bord ( 33 €, les premiers rangs et 24 € les derniers) et bénéficiait d'excellentes conditions de projection : écran de 18x7m, vingt-quatre enceintes, son diffusé sur une fréquence FM de la voiture. Les gros SUV étaient confinés à l'arrière ou sur les côtés pour ne pas gêner la vision. Dix-sept films étaient proposés.  Au vu du succès, la Lituanie va copier les Norvégiens. Ce dispositif pourrait fleurir un peu partout si le réchauffement perdure et que le confinement trépasse.

    Les initiatives se multiplient pour adoucir notre réclusion forcée. Dernière en date, le Prix Lux du Parlement européen ouvre ses archives. Les plateformes de vidéo à la demande de l'Union européenne et du Royaume-Uni pourront disposer des films ayant participé à la compétition, de 2007 à 2019. Un belle occasion de découvrir des filmographies inédites chez nous.

                                                       

                                                                                                                                         Grand rendez-vous du documentaire, le Festival Visions du réel, se déroule en ligne, accessible gratuitement, jusqu'au 2 mai. Nyon (Suisse) présente une affiche alléchante, avec 130 films, limité à cinq cents spectateurs par séance, de façon à reproduite les conditions physiques habituelles et à protéger l'œuvre. L'an dernier, la 50ème édition avait conquis 45.000 spectateurs.

    C'est presque officiel, les salles rouvriront le 8 juin au plus tôt en Belgique. Les pages cinéma de la presse quotidienne se mettent au goût des jours confinés. Les critiques évoquent les films en premium VOD de sept prestataires. Les sélections portent sur une période de six mois, de septembre dernier à mars. 

     Brooklyn Affairs : Affiche

    Je pointe Brooklyn Affairs, mon film de l'année 2019, La fille au bracelet, La voie de la justice, Le traître, Un divan à Tunis, Selfie, À couteaux tirés,  Hors normes, J'accuse...  dont vous lirez mes impressions narratives en cliquant sur la liste en marge droite de cette page.

    Bon, le cinéma à domicile, c'est bien maintenant. Après, les salles frémissantes d'impatience vous tendent leurs fauteuils. Résistez aux sirènes trompeuses des pourvoyeurs à la demande. Rappelons-nous que l'accès gratuit à ces services payants n'a duré que deux semaines, en début de huis clos. La gratuité, c'est bon pour l'image, une image qui tracasse assurément Netflix, peu réputé pour l'éclectisme de son catalogue. Qu'à cela ne tienne, l'opérateur américain vient de conclure un accord avec MK2, distributeur et producteur indépendant (qui a oublié son animosité initiale à l'égard de "l'envahisseur"). François Truffaut, Claude Chabrol, Charlie Chaplin, David Lynch figurent désormais dans le trésor de guerre de Netflix. Petit à petit, l'oiseau fait son cinéphile.

    J'allais oublier la musique du jour, celle de L'été 42, du grand Michel Legrand

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :