• À Pâques ou à la Trinité

     

     

    Nous avons suivi la chasse aux œufs de deux de nos petits-enfants en direct grâce à la caméra du téléphone de leur maman dont les images s’affichaient sur l’appareil de mon épouse. Là, je dis merci à la technologie. Cultiver le lien envers et contre tout. Nous échangeons lettres et cartes postales (papier) également. Comme dans le temps, le plaisir de lever la boîte aux lettres.

    Les enfants gambadaient allègrement dans un jardin citadin, orné des bricolages de l’aînée (six ans), qui avait tressé, découpé, colorié, un véritable panthéon aux grandes voyageuses. Donc, Rome a autorisé les cloches à sortir du confinement, ce qui a réjoui le troisième de nos petits-enfants, le gourmand de la bande des six.

                                                                           Afficher les détails de l’image associée

                                               Chez lui, les cloches ont été frileuses, elles avaient déposé leur cargaison dans les assiettes du petit déjeuner. L’inventaire nous a été présenté via Skype en fin d’après-midi via la vidéoconférence. Merci (bis) à la technologie. Le rituel a été respecté, confirmation de l’ancrage dans la vie au jour le jour, de l’intensité du moment présent.

     

    Les enfants que je vois forts et confiants sont ceux qui ont grandi en faisant ce qu’on toujours fait les enfants : participer aux tâches ménagères, nourrir les animaux, aider dans le jardin, apprendre à acquérir des compétences pratiques…. Ce qui confère une sensation de pouvoir et de confiance en soi face au monde.  ( Starhawk, éco-féministe).

                                                         Un chrétien orthodoxe tient une palme devant les portes fermées de l’église du Saint-Sépulcre, le 12 avril à Jérusalem.

    En ces temps de grand trouble, le retour des valeurs traditionnelles. Le pape a occupé la une des journaux radio, ce qui n’était plus le cas depuis des lustres le jour de Pâques. Était-ce pour l’image insolite d’un pontife esseulé dans son église ou le besoin de spiritualité, d’élévation au-dessus des pensées confinées dans le désespoir ? Athées et croyants trancheront.

    J’ai rationné l’écoute des informations. Le télescopage des pubs fait sourire. Entraide et Fraternité appelle aux dons, habituellement récoltés dans les lieux du culte, hier clos. Suit la pub d’une grande surface, promotion de la viande d’agneau à un prix sacrifié.    

     

     

    Je préfère fabriquer mon information personnelle en établissant mes statistiques de mortalité et de diffusion de la pandémie dans le monde. Le pays le plus touché, en nombre de personnes infectées (nombre dépendant de la stratégie de dépistage) rapporté au chiffre de population,

    c’est la Suisse avec un taux de 0.29%, puis l’Italie, (0.26%) et la Belgique avec 0.24%.

    Les moins touchés, la Suède (0.10%) et l’Allemagne (0.15%).

    En pourcentage de décès comparé au nombre de personnes infectées, L’Italie (12.72%),  la Belgique (12.14%)  et l’Espagne (10.31%) affichent le pire.

    Les États-Unis (3.96%) et la Suisse (4.35%) ont les taux les plus bas.

    En fait, c'est la Grèce qui s'en tire le mieux avec 2170 cas  (0.2% de la population). Ils ont anticipé en annulant tous les carnavals en février et fermé les commerces le 10 mars sans avoir le moindre cas.

    La Belgique estime que le « bon » mode de calcul de la mortalité consiste à comparer nombre de cas et personnes décédées en hôpital, ce qui diminue le pourcentage de moitié. Chacun habille la statistique à sa façon. Le virus n’a pas attaqué partout en même temps; je veux simplement nuancer la formulation « le pays le plus touché. »Au-delà des chiffres, j’imagine (si peu) la détresse profonde de régions saturées par la pandémie.

     

     

     

                                                                                                        La vache : Photo Fatsah Bouyahmed

    Le soleil aspire vers l’extérieur. Les écrans sont en veille. Juste La vache, odyssée impayable d’un paysan algérien, promenant Jacqueline, une belle Tarentaise à cornes, de son bled au salon de l’agriculture à Paris. Joie de vivre, bonté innée, soutien spontané, réchauffent le cœur ankylosé.

     

                                                  L'Armée des Ombres : Affiche

                                                                Et ce soir, L'armée des ombres (FR3, 21h05), ou comment résister à l’oppresseur, avec cran, détermination et dignité. Du cinéma sobre, dense, porté par une distribution exceptionnelle (Signoret, Ventura, Meurisse, Cassel, Barbier, Crauchet, Reggiani). Un des meilleurs films sur la résistance française.   

    La chanson du jour m’est soufflée par un ami, musicien et peintre. Son trio a improvisé sur Bluesette, de Toots Thielemans. À défaut de leur composition, je vous propose la version originale.

     

               Confinez le mieux possible !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :