• À l'Ouest, du nouveau.

     

     

    J’ai choisi une voie difficile pour remonter la pente du cinéma. J’ai suivi Fern sur les routes du Grand Ouest. Elle quitte une ville rayée de la carte après la fermeture de l’usine pourvoyeuse d’emploi. Repartir à zéro, vivre ailleurs, surmonter la perte d’un mari à peine décédé, la feuille de route est chargée.

    « Ce dont on se souvient vit. »

    Justement, que garder, que laisser ?

    Que continuer, que commencer ?

     

                                                        Nomadland: Frances McDormand

    Des questions similaires à celles de l’après confinement, lorsque la liberté reprend des couleurs et que l’on n' a pas encore la palette bien en mains. Donc, Nomadland avant Love Sarah.

    Fern prend le volant de son van, équipé maison, vers le Dakota et le Nebraska. Ce qu’elle aimait dans la ville désormais fantôme, c’était le désert à perte de vue derrière le pavillon d’entreprise. " Rien ne barrait l’horizon, mais nous ne sommes jamais partis. Mon mari aimait l’endroit, les gens l’aimait ; il adorait son travail, alors nous sommes restés."

    Cette fois, Fern peut larguer les amarres.  L’immobilité a expiré.  Elle fréquente la communauté du voyage, fondée sur le troc et l’entraide (que du troisième âge bien avancé). Elle est à fois ouverte et sur ses gardes. Fern entend garder son indépendance, choisir la vie à venir.

     

                                      Nomadland: Frances McDormand

    De toute façon, " quand on taille la  route, il n’y a jamais d’au revoir définitif ". N’empêche, la solitude est lourde à porter, la route difficile à tracer, entre les pannes, les petits boulots et une invite à jeter l’ancre dans une chaleureuse  famille.                                

    Fern tient bon malgré une magnifique déclaration d’amour de sa sœur, tapée des 2.300 dollars nécessaires (en petites coupures) à la réparation de son nouveau « chez elle ».

    " Je ne suis pas sans abri, je suis sans maison, ce n’est pas le même. I’m not homeless, I'm houseless, it’s not the same."

     

                         Nomadland

    La chinoise Chloé Zhao a puisé les ferments de son troisième long-métrage dans une enquête de Jessica Bruder. La journaliste a pris des boulots saisonniers, a partagé l’ordinaire des camping-cars. Le récit nomade est tressé de témoignages poignants d’une Amérique insensible à la détresse des siens, axée sur la performance et la réussite. Cependant, Nomadland se concentre  plutôt sur les quêtes personnelles d’une existence acceptable malgré les coups du sort : maladie, deuil, incapacité  paternelle. Chloé Zhao témoigne d’une sensibilité à fleur de peau, à l’affût des moindres signes qui disent plus qu’ils ne parlent.  

    Chacun essaie d’épouser un rêve et d’aller jusqu’au bout de soi. Les paysages sont grandioses tournage en décors naturels), jamais écrasants,propices à la méditation. Le piano atmosphérique  souligne discrètement les sentiments de Fern, roche fragile dans une nature régénératrice. Les rivières, les ciels étoilés et les pierres fossilisées nous rappellent notre connexion au cosmos.

    Nous étions neuf dans une grande salle à la séance de midi. Le soleil éclatant à la sortie m'a ébloui. L’effervescence aux terrasses ensoleillées m’a crispé. J’avais apprivoisé un peu de la solitude assumée de Fern. Je suis vite rentré chez moi, au calme, à la campagne. Le syndrome de la cabane guette. J'ai peiné à écrire ce premier récit de reprise.Peut-être parce que j'ai du mal à sortir ce qui  m'a remué le tréfonds de l'âme.

     

                                                   Nomadland: Frances McDormand, David Strathairn

     

                     Ce vendredi soir, Love Sarah en deuxième séance, avec ma moitié. Du gâteau !

     

     

    P.S. L'article a été modifié plusieurs fois après publication. Les perceptions s'affinent.

     

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :